Cyclisme féminin

Plan de féminisation (2018-2021)

Moins médiatisé que le cyclisme masculin, le cyclisme féminin est aujourd’hui un axe majeur et stratégique de développement pour la Fédération Française de Cyclisme (FFC) qui a toujours milité pour la parité dans le sport cycliste. Dans ce but, la FFC s’est lancée dans un ambitieux plan fédéral de féminisation. Ce programme poursuit plusieurs objectifs sur différents points (développés ci-dessous) qui devront permettre la structuration et le développement du cyclisme au féminin.

Faciliter l’accès à la pratique

Dans le but de faciliter et développer l’accès à la pratique, la fédération a plusieurs objectifs :

  • Identifier les clubs habilités à recevoir des pratiquantes féminines, que ce soit en tant que loisir ou compétition.
  • Définir une stratégie globale de communication à tous les niveaux : national, régional et local.
  • Réadapter les offres de licences proposées.
  • Développer des outils pédagogiques d’approche à l’apprentissage du cyclisme.
  • Former les éducateurs à la cible féminine.
  • Rassembler les femmes autour du sport loisir ou du sport en compétition. Par exemple, en mettant en place des couses à handicap dans les catégories jeunes ou des garderies d’enfants sur les épreuves féminines loisir ou compétition
  • Mise en place d’événement et de stage féminins grand public en lien avec des partenaires : actions FDJ 100% filles (voir plus bas).

Développer le Haut Niveau

Sur le plan international, la fédération veut augmenter le nombre d’épreuves internationales organisées en France.

Pour cela, il faut adapter les compétitions françaises aux exigences internationales.

Sur le plan national, l’objectif est d’organiser des épreuves mixtes, notamment sur route, afin de bénéficier des infrastructures masculines, mais aussi de varier les formats (course en ligne, contre-la-montre, critérium,…).


La fédération travaille aussi sur la création d’une Ligue Nationale Féminine. Cette structure permettrait l’organisation du développement de la professionnalisation du cyclisme féminin ainsi que l’accompagnement des jeunes athlètes dans la réussite de leur double projet (personnel et professionnel).
Deux autres actions se joignent à la création d’une ligue :

  • L’augmentation de la médiatisation pour accroître la notoriété du cyclisme féminin et ainsi attirer des sponsors et des investisseurs.
  • La mise en place d’un plan de carrière et de reconversion professionnelle pour les athlètes.

Communication et Marketing

Création d’une communauté de pratiquantes

Utilisation des réseaux sociaux et d’influenceuses sportives qui serviront de relais à nos messages afin de les communiquer auprès de leurs fans et suiveurs. Donner la parole à la base et ne plus capitaliser uniquement sur nos athlètes Elite pour porter notre message.

Remonter les bonnes pratiques existantes des clubs FFC

Promotion des actions au niveau national (stages, ouverture de section féminines, évènements,…) et diffusion des expériences des clubs (pour donner des idées aux autres structures FFC ou pour permettre aux femmes de trouver le club le plus adapté en fonction de leurs attentes).

Développer des outils numériques puissants

  • Application mobile avec conseils techniques, vidéos pédagogiques, programmes d’entraînement : MY COACH
  • Nouveau site internet avec une rubrique dédiée visible et du contenu adapté

Utiliser des ambassadrices (Mathilde Gros, Pauline Ferrand-Prévot, Audrey Cordon-Ragot, Aude Biannic, etc…) pour promouvoir le cyclisme féminin et nos actions

Evolution réglementaire et organisationnelle en 2019 pour la route

Ouverture d’un nouveau format de course appelé « pass’cyclisme femmes ».
Convention entre la FFC et la Fédération Française de Triathlon : possibilité donnée aux femmes triathlètes de courir dès la saison 2019 sur les courses inscrites au calendrier de la FFC et réciproquement.

Championnat de France espoirs femmes

Il se déroulera dans la cadre des championnats de France de l’avenir (route et CLM). Les espoirs femmes pourront également courir le championnat de France élites femmes (à l’instar de ce qui se fait chez les hommes).

Les modifications de réglementation de la Coupe de France femmes 2019

  • Obligation de présenter au moins 4 compétitrices (et non plus 3) et un maximum de 8 au départ de chaque manche.
  • La présence de toutes les équipes de division nationale est imposée au départ de toutes les manches
  • Obligation d’organiser une épreuve féminine pour chaque structure de division nationale ou par un club d’appartenance d’une des coureuses de l’effectif pour les structures départementales ou régionales.

Nouveau format pour la Coupe de France minimes-cadettes

Organisation de manches interrégionales minimes-cadettes ouvertes aux individuelles, aux clubs, comités régionaux et comités départementaux, qui seront organisées en ouverture des manches de la Coupe de France cadets des départements (pas de droits d’organisation pour ces épreuves).

Une épreuve finale nationale clôturera la saison.