BMX FREESTYLE BMX FREESTYLE

Le BMX Freestyle voit le jour aux Etats-unis au début des années 80. Les pilotes alors engagés sur les premières courses de BMX s’adonnent progressivement à des figures pendant puis en dehors des compétitions.

L’athlète américain Bob Haro s’impose rapidement comme la figure de proue du BMX Freestyle.

À travers les démonstrations qu’il effectue d’abord sur le sol US puis à travers le Monde, il donne au BMX freestyle une notoriété inédite ce qui l’amène à réaliser les cascades dans le célèbre film réalisé par Steven Speilberg « E.T. l’extra-terrestre ».

Les skateparks et leurs modules deviennent peu à peu les nouveaux terrains de jeu des adeptes du BMX Freestyle.

La créativité est de mise. À chaque journée correspond une nouvelle figure. Des produits spécifiques sont lancés sur le marché et les premiers contests (« oppositions ») sont organisés permettant aux riders du monde entier de s’affronter et de confronter leur vision du « trick riding » (appellation d’origine).

Une nouvelle culture du BMX apparaît dans un second temps avec des riders qui pratiquent le BMX ailleurs que sur les pistes ou skateparks pour investir les rues et le mobilier urbain.

Cette diversification des terrains de jeu engendre la création de nouvelles formes de freestyle. Qu’il s’agisse de

  • halfpipes,
  • dirt jumps,
  • mini-rampes,
  • skateparks,
  • flatlands,

Les riders ont un point commun : une certaine soif de
liberté qui se traduit par la faculté de pratiquer le freestyle n’importe où, n’importe quand et sans règle.

Les années 90 marquent un tournant majeur avec l’apparition d’événements XXL et formatés pour la télévision comme les X-Games, les Gravity Games et le Dew Tour offrant aux spécialistes du BMX
Freestyle l’opportunité de briller à la télévision et donc de vivre de leur sport.

Le niveau s’élève automatiquement et les riders commencent à adopter une approche plus rigoureuse et professionnelle, se concentrant alors sur la variante du BMX Freestyle dans laquelle ils étaient les meilleurs.

L’un des principaux formats apparus est le BMX Freestyle Park.

C’est d’ailleurs ce format qui a été retenu pour devenir discipline officielle lors des prochains JO de Tokyo 2020.

L’annonce ainsi faite par le CIO en juin 2017 faisait écho à la décision prise l’année précédente par l’Union Cycliste Internationale (UCI) concernant l’organisation des 1ers Championnats du Monde de Cyclisme Urbain.

Organisés en Chine (Chengdu) en novembre 2017, ces premiers Mondiaux intégraient 3 disciplines à savoir :

  • le Trial,
  • le VTT XC Eliminator
  • le BMX Freestyle Park.

À noter que l’ajout d’une 4ème discipline, en l’occurrence le BMX Flatland, a été validé par l’UCI et prendra effet dès 2018.

Jamais dans l’histoire des Jeux, une discipline sportive n’a été aussi rapidement intégrée au programme officiel….

L’obtention des Jeux pour Paris 2024 renforce l’urgence pour la Fédération Française de Cyclisme de structurer et d’accompagner cette discipline vers les sommets sportifs.