2O17 restera une belle saison pour Nicolas Vallée. Une année de première aussi, avec ce premier titre de Champion de France VTT Trial 26 pouces obtenue à Ploëuc l’Hermitage, en Bretagne. « Mon année 2017 a été riche, estime le pilote d’Ile-de-France. Je remporte en effet ma première victoire en Coupe du Monde, et la semaine passée lors des Championnats du Monde de cyclisme urbain, je termine deuxième des Championnats du Monde de VTT trial élite hommes, alors que c’est ma toute première saison chez les élite. C’est l’apothéose de terminer avec une médaille d’argent sur cette épreuve. »

Venue à Chengdu, en Chine, afin de décrocher un podium, Nicolas Vallée a « finalement obtenu, ce qu’il espérait ». Il a surtout livré une bataille de haute lutte au Britannique Jack Mc Carthy de deux ans son aîné. « Il a 21 ans, et c’est lui clairement mon adversaire pour ses prochaines années sur le plan international. On risque encore de se livrer de belles batailles que ce soit dans le cadre des Championnats d’Europe, des manches de Coupes du Monde et des Championnats du Monde ». Un mondial qui aura désormais la bannière du cyclisme urbain, une très bonne chose pour Nicolas Vallée. « Chengdu a été une belle réussite, dit-il encore. Le nouveau format est super avec le BMX Street Park, le VTT XCE et nous. On est tous rassemblé dans un même site, dans un parc. Il y a du public pour venir nous encourager. Nous en plus en VTT trial nous avons couru selon un nouveau format, en effet, nous marquons des points sur chaque porte et c’est celui qui en obtient le plus qui gagne. Les tracés étaient en plus supers, complets avec des jumps, des grosses marches, c’était difficile technique. » Tout pour le bonheur du trialiste, en somme. Mais maintenant place au repos pour Nicolas Vallée, enfin presque. « Je vais couper semaines sans faire de vélo et musculation, mais je vais faire d’autres sports comme l’escalade, le tennis. Après je vais reprendre sur une grosse préparation avec pas mal de travail à côté du vélo, en cardio et force et ensuite un gros travail technique sur le vélo ».

 

 

Hervé Bombrun