Journée Suisse, sur la première épreuve cycliste lors des 1ers Jeux Européens de Bakou, avec cinq représentants de ce pays présents sur les épreuves de VTT ! La victoire chez les dames et les hommes revenant aux leaders de ce pays qui a toujours eu une forte culture tout terrain, Jolanda Neff et Nino Schurter. La France face à son « ennemi intime » n’a pas démérité car les places d’honneur acquises dans la chaleur étouffante de l’Azerbaïdjan sont signées, outre Maxime Marotte, mais qui n’a pas encore disputé les Jeux, sont toutes signées de la part de jeunes et prometteurs pilotes. « Le bilan peut apparaître comme mitigé, indiquait à France Cyclisme, depuis Bakou, Yvan Clolus entraîneur national de cette équipe de VTT cross-country, mais il faut aussi signaler que ce groupe est jeune, et que l’objectif équipe est Rio 2016, voire dans cinq ans à Tokyo pour d’autres. C’était une première bonne expérience internationale, dans une ambiance « Jeux » pour nos athlètes. Ils ont vu ce qu’il fallait travailler, améliorer et ceci dans tous les domaines. On venait ici dans le but de leur offrir cette expérience, et ils ont vu ce que c’était qu’un grand rendez-vous de ce type. Cela ne peut-être que bénéfique ». Bénéfique compte aussi du fait que les filles ont joué de malchance, « Perrine était au contact du groupe de tête à l’issue du premier tour, rappelle Yvan Clolus, mais ensuite elle est victime d’une crevaison qui lui fait perdre le contact, et sur la fin elle termine au courage. Margot a elle été malade ces derniers temps, elle tousse encore d’ailleurs. Elle ne pouvait pas trop « jouer » devant, et perdait du temps par rapport aux favorites sur les parties techniques. Elle a fait pas mal de fois l’effort pour rentrer, mais cette perte de temps et cet effet yo-yo lui ont coûté de l’énergie, même si elle signe un top 11 ».

La meilleure « perf » tricolore est à mettre au crédit de Maxime Marotte. « Les gars ont fait une belle course collectivement. Maxime a loupé de peu le coche pour accrocher le groupe de devant. Il a été ensuite en bagarre pour la sixième place, mais fait au final une petite erreur qui l’empêche de se classer un peu mieux. Mais il est là. Pour Jordan cela a été plus dur à partir de la mi-course, mais toutefois sa treizième place est encourageante pour sa première saison parmi les élite. Pareil pour Hugo à partir de la mi-course cela a été difficile, il se classe 21ème mais cette place ne reflète pas son niveau. Il n’est pas à sa place ici. » La pression, l’enjeu de ces 1ers Jeux Européens de Bakou sont différents de ce que peuvent vivre les athlètes en Coupe du Monde, aux Championnats du Monde, et faire « sentir » cet atmosphère si particulier de « Jeux » est un bon choix de la part de la DTN de Fédération Française de Cyclisme à l’égard de ces jeunes athlètes. Ce type d’investissement et d’expérience ne peut-être que bénéfique pour l’avenir proche ou moyen terme.

 

 

 

 

 

 

Hervé Bombrun