Il n’y a certes pas eu de médailles pour les élite hommes sur ce Mondial 2018 de Lenzerheide, mais la densité des pilotes français dans les classements ne peut-être que source de satisfaction pour le staff de l’équipe de France.

La France a en effet placé trois pilotes parmi le top 11 de ce mondial avec Titouan Carod (7e), Jordan Sarrou (8e) et Stéphane Tempier (11e). «Il y a une petite pointe de déception car nous ne ramenons pas de médaille, détaille auprès de France Cyclisme, Yvan Clolus, mais finalement le podium reflète l’ensemble de la saison avec les trois animateurs de celle-ci. Collectivement, nous équipe de France, nous restons fort avec un grand nombre de pilotes à l’avant de la course. Max Marotte qui était l’une de nos meilleures cartes était dans un jour moyen. Pour différentes explications ce mondial ne reflète pas forcément le niveau de l’équipe de France dans toutes les catégories, à nous désormais de faire le bon bilan de la préparation et des dernières semaines avant la compétition », ajoute Yvan Clolus qui dresse aussi ce constat. « Il est de plus en plus dur d’aller chercher une médaille, car les compétitions vont de plus en plus vite et les circuits sont de plus en plus courts, cela se joue donc souvent au millimètre, à nous d’aller dans ce sens et de travailler ce paramètre ».

 

Mais même sans médaille, la France « reste une grande nation du VTT. Il y a de la densité chez nous, poursuit Yvan Clolus. On voit clairement qu’avec la Suisse et l’Italie nous serons les trois principales nations qui vont aller chasser les gros points sur le continent pour les quotas aux JO de Tokyo. On connaît la valeur de nos adversaires, mais également leur force et leur faiblesse. Autre motif de satisfaction Titouan et Jordan, 7et 8e, sont jeunes, et dans le classement de ce mondial ils se retrouvent au milieu de beaucoup de trentenaires. Belle course aussi de Stéphane Tempier. Victor qui a roulé fort avec Van Der Poël en début de course, a, je pense quelque peu payé, mais il a fait un super début de course. Il est à créditer d’une très belle mise en action ».

 

Hervé Bombrun