Coupe du Monde UCI – Lourdes – Alexandre Fayolle

Coupe du Monde UCI – Lourdes – Alexandre Fayolle

France Cyclisme : Que représente votre succès obtenu lors de cette première manche de Coupe du Monde à Lourdes ?

 

Alexandre Fayolle : « Ça s’est passé très bien pour moi. J’ai fait le « run » que je voulais faire. Le rapide était rapide, technique comme je l’aime. Cela me convenait parfaitement. Ce succès en Coupe est le fruit des années de travail, de sacrifice et surtout c’est un rêve qui se réalise ».

 

 

FC : Quels vont-être vos ambitions à Fort William ?

AF : « Je vais partir là-bas pour la qualification en premier. Je ne vais pas sur cette deuxième manche de Coupe du Monde avec plus de pression du fait que j’ai remporté la 1ère manche à Lourdes, car je sais ce que j’ai à faire. Mais il est certain que je ne me rends pas là-bas dans le même état d’esprit ».

 

 

FC : Mis à part la descente, vous travaillez ?

AF : « Je ne fais plus désormais que du vélo. L’hiver auparavant je faisais des petits boulots comme vendeur dans une grande surface de sport, surveillant dans un collège. Je pratique la descente depuis 2010, avant je faisais du motocross. Il y a beaucoup de similitudes du reste entre les deux activités. J’ai d’ailleurs conserver une moto pour m’entraîner l’hiver, garder les sensations de vitesse, et travailler le physique ».

 

FC : Quel est votre parcours en Équipe de France ?

AF : « J’ai obtenu quatre sélections en Équipe de France de descente lors des Championnats du Monde. Deux en juniors, et deux en élite. Je tombe à Vallnord et je finis loin, et je me classe 17e à Val di Sole ».

 

 

FC : Quels vont-être vos objectifs cette année ?

AF : « Ce sera sur l’ensemble de la saison de me montrer le plus régulier possible sur les différentes pistes sur lesquels nous allons être amenés à rouler. Me maintenir parmi le top 20 du classement général de la Coupe du Monde, et en ce qui concerne le Championnat du Monde mon objectif se sera d’aller chercher si possible un podium, car il n’y a que cela qui compte sur les Mondiaux ».

 

Hervé Bombrun