Marine Cabirou

Marine Cabirou

Une belle réussite !

 

C’est l’avis général après la première manche de Coupe de France de VTT descente qui s’est tenue ce week-end sur la piste de la « Sarra » dans le quartier de Fourvière, lequel domine la ville de Lyon. «Il y a eu du monde, tout pour marquer les esprits dès cette première année, c’est bien », indiquait Éric Jacoté, président de la commission VTT à la Fédération Française de Cyclisme.

 

« On a décidé d’amener la descente aux spectateurs, résumait pour sa part, Emmanuel Huber, entraîneur national de la discipline à la Fédération Française de Cyclisme. On l’a vu lors de la manche de Coupe du Monde de Lourdes, le public vient voir notre sport, là-bas cinquante pourcent des spectateurs présents ne connaissaient pas notre sport, et le découvrait. Quand on organise en ville, cela amène plus de spectateurs, des personnes qui viennent plus en « touriste » pour découvrir, voir ce que c’est. Et c’est bien. C’est vrai que l’essence même de notre discipline reste le grand plein air, la montagne, mais là nous déclinons la descente en « sprint ». On va essayer de développer cela d’avoir une série d’épreuves comme celles-ci au niveau national. » Une idée qui ne déplait pas aux athlètes, à commencer par Morgane Charre lauréate de cette épreuve chez les dames. « C’était ma première course nationale, et je suis contente de m’imposer. Cela fait plaisir. C’est bien de courir, ici, à Lyon, car il y avait du public présent. Pas mal de spectateurs quand on était en course, on entendait le public nous encourager. Je gagne en plus devant Marine Cabirou qui a beaucoup progressé cet hiver, elle est très performante dès le début de saison. C’est cool de voir une nouvelle génération arriver et aussi prometteuse, et qui en plus nous pousse. Moi, j’ai tout donné pour rester devant », soulignait auprès de France Cyclisme, la championne du Monde 2012.

 

Un suspense du même acabit a tenu en haleine le public pour la victoire chez les élites hommes, et c’est finalement Quentin Derbier qui s’est imposé.

 

« Je suis super content de mon dernier run, expliquait-il au speaker de l’épreuve. J’avais pris mon vélo de four-cross. J’ai fait une boulette sur ma course, mais qui n’en a pas fait. Le haut du parcours m’avantageait, et je suis assez content de ce que j’y ai fais. Je suis vraiment heureux de gagner une fois de plus ici, sur cette piste de la Sarra, mais la première partie du tracé m’a favorisé. »

 

C’est ce qu’a indiqué en substance son dauphin. « Si Quentin était bien sur le haut du tracé, moi c’était sur la deuxième partie de la course, indiquait Faustin Figaret. Cette course a été un bon entraînement pour moi. J’ai bossé le cardio, le pédalage et dans le bas de la descente j’ai pu me lâcher un peu. J’ai bien travaillé durant tout le week-end, mon team aussi a fait un super boulot pour moi et je l’en remercie. »

 

 

Hervé Bombrun