Julien Absalon a « découvert » récemment le parcours de la manche de Coupe du Monde de VTT cross-country, française (qui se courra le 28-29 mai 2016), à La Bresse. « J’ai pu découvrir le circuit qui nous sera proposé, et surtout le gros travail qui a été effectué dessus. On parle d’ailleurs souvent, déclare à France Cyclisme, le double champion Olympique de VTT cross-country, de problèmes de cohabitations en montagne entre les marcheurs, les vététistes, et là en l’occurrence il existe une belle cohabitation entre tous, puisque c’est le travail du club Vosgien pédestre qui trace la piste, et qui travaille sur ce parcours. » Le bilan de cet investissement se résume à plus de mille heures de travail. « C’est sympa, souligne encore Julien Absalon, ces bénévoles qui ne comptent pas leur temps sont coachés par le comité d’organisation qui sont pour la plupart des retraités, heureux d’apporter leur aide, et qui avec pelles et pioches ont tracé tout ce parcours. » Un travail d’ensemble donc qui ne laisse pas insensible, Julien Absalon, « enfant des Vosges ». Concernant le tracé à proprement dit, le pilote du Team BMC, ajoute, « ce sera sans aucun doute le circuit qui me conviendra le mieux en 2016, sans être chauvin car il est à la fois physique comme en 2012, notamment la 1ère montée a été gardée. C’est un peu le côté « old school » du parcours, et ensuite, nous arrivons sur tout le travail qui a été effectué dans la montagne, et avec un tracé qui épouse les tendances actuelles des manches de Coupe du Monde, c’est à dire avec beaucoup de virages, de relances, très visuel pour les spectateurs. Et qui correspond plus aux standards actuels de la Coupe du Monde. On redescend ensuite sur le lieu de départ-arrivée, et on recommence un nouveau tour. Il y a une visibilité quasi totale sur ce tracé, ce qui est idéal pour les spectateurs. » Une épreuve qui sera la toute dernière manche de Coupe du Monde en France pour Julien Absalon. « Quand j’ai appris que la Bresse était choisie pour faire partie du calendrier des manches de Coupes du Monde 2016, cela a été une belle nouvelle pour moi, indique Julien Absalon. C’est pour une dernière possibilité de disputer une Coupe du Monde en France, et de surcroit à domicile. Ma victoire de 2012 ici restera émotionnellement l’une des plus belles, pour le moment ». A moi qu’à ce souvenir vienne se rajouter dans quelques mois un nouveau succès ici même…

 

 

 

 

 

Hervé Bombrun