Pauline Ferrand-Prévot

Pauline Ferrand-Prévot

France Cyclisme : Vous avez connu quelques soucis techniques lors de cette 1ère manche de Coupe de France VTT cross-country, Pauline ?

 

Pauline Ferrand-Prévot : J’ai déraillé six fois durant toute la course, dont la 1ère fois lors du premier passage !

Je suis revenue à chaque fois, et dans la dernière boucle au sommet de la dernière bosse, ma chaîne se bloque complétement. Je n’arrivais pas à la remettre, et j’ai commencé à m’énerver, mais au bout d’un moment, j’y suis enfin parvenue. Je suis revenue sur la 2e de la course, mais je n’ai pas pu revenir sur la Belge Michiels qui remporte cette épreuve. Mais si j’ai tout donné pour tenter d’y parvenir.  Le VTT, le cyclisme sont des sports mécaniques. C’est ainsi. Je suis désormais dans une nouvelle équipe, avec un nouveau vélo, mon Team est plus axé sur la route pour le moment, nous avons encore à apprendre, des choses à mettre au point. Mais je suis très heureuse de notre début de collaboration.

 

FC : Cette 2e place a quand même une saveur de victoire, non ?

 

PFP: J’ai coupé deux mois après les Jeux de Rio, et mon but cette saison est de me faire avant tout plaisir en compétition, de retrouver cette sensation-là. J’ai pour objectif le Championnat du Monde de VTT, en fin de saison, à Cairns en Australie. J’ai donc encore du temps devant moi car c’est en septembre. Mon ambition donc n’est pas d’être bien dès le mois de mars. Je sens aussi que sur la route je vais beaucoup mieux. Je l’ai ressentie notamment à Binda en Italie. Je suis bien pendant cent, cent dix kilomètres et ensuite c’est plus dur sur le final de l’épreuve. Je travaille dans ce sens pour le mois d’avril. Mes objectifs sont aussi les manches de Coupes du Monde de VTT cette année.

 

FC: Justement, comment allez-vous articuler votre début de saison ?

 

PFP: Je vais alterner courses de VTT, et épreuves sur route en disputant notamment deux autres épreuves en cross-country prochainement. Je vais également courir le Tour de Californie sur la route. Cela va me donner un coup de boost. J’aurais bien aimé gagner ici, compte tenu de ma saison 2016, et tout ce qui m’est arrivée. Mais 2e c’est déjà bien. Mon but est vraiment de reprendre du plaisir, je le répète, ce qui n’était pas du tout le cas en 2016.

 

FC : Pauline, vous avez aussi effectué beaucoup de renforcement musculaire cet hiver, Pauline.

 

PFP : Oui, j’ai arrêté deux mois après les Jeux de Rio, et au début je ne voulais pas remonter sur un vélo. C’est Julien qui a essayé de me faire remonter dessus, et qui finalement est parvenu à me convaincre. On a changé mon approche hivernale. J’ai fait pas mal d’enduro, des exercices de renforcement musculaire, et de la course à pieds. J’ai changé ma préparation physique hivernale, car par le passé je faisais pas mal de cyclo-cross. Mon mode de préparation foncier a changé, et si je ne suis pas bien dès le début de saison, cette année mes objectifs sont en fin de saison et non pas en début. J’ai également appris à mieux cerner les courses que je veux briguer.

 

 

Recueillis à Allauch,

Par Hervé Bombrun