Stratégique, épreuve qui donne des poussées d’adrénaline de folie, le relais est aussi… une science exacte.

 

En effet si de prime abord, on peut croire que  « l’alchimie » est le paramètre premier qui gouverne cette épreuve, on mesure très vite qu’il n’en est rien. Le choix des pilotes, hommes ou femmes, leur place dans la course, est un choix acté, réfléchit de la part des coaches des équipes, et notamment de ceux de l’équipe de France. Yvon Vauchez et Yvan Clolus qui sont passés « maîtres » dans cet art de la décision, de la réflexion, dans cette assemblage du « puzzle » France. Et pour la deuxième année consécutive leur analyse du terrain, de la course, des adversaires ont été primés par le plus beau maillot qui est : celui de champion du Monde.

 

Mais si il faut des hommes en amont pour construire, il faut aussi des athlètes pour aller chercher les premières places, et dans ce domaine là encore, la France est bien représentée à tous les étages de la « fusée » relais par équipes. « On de belles promesses pour le futur au sein de ce groupe, révélait d’ailleurs au pied du podium, Yvon Vauchez, à eux de continuer leur histoire.

 

Ce titre représente la vitalité du VTT Français, on a aligné quatre leaders à leurs postes respectifs. C’est une belle photographie du vivier actuel du VTT dans notre pays. C’est vrai que parfois avec Yvan on se gratte la tête, on se pose des questions par rapport à des multiples paramètres. Ici, le but était de partir vite. »

 

Cela a été fait avec Viktor Koretzky en 1er relayeur, suivi de Jordan Sarrou, puis Pauline Ferrand-Prévot plus forte que la douleur qui lui tenaillait le menton après une chute lors de l’échauffement, tandis que Antoine Philipp avait été désigné pour conclure le « travail ».

 

« C’est là encore un choix tactique, soulignait pour sa part Yvan Clolus, car demain il court en juniors hommes, et il a des chances de médaille. On a fait donc cela dans le but de le préserver et de lui laisser des chances pour sa course individuelle, jeudi après-midi. » Tout est pensé, soupesé, réfléchi, on vous l’avait bien dit, non ? « Ce relais, cette victoire, ajoute Yvan, représente la force d’une nation. On a encore une belle équipe, laquelle a été renouvelée à plus de 50% par rapport à l’an passé. Viktor s’est vite mis en route, il a fait un super départ avec dans le même relais que lui des pilotes élite. Jordan a pris a roulé seul, il a été propre. Pauline a fait un truc compte tenu de sa chute quelques minutes avant le départ. Elle ne s’est pas arrêtée sur son sort, elle est restée dans sa course, et s’est préoccupée de ce qui lui était arrivée après. Antoine n’avait plus qu’à conclure le travail. » Ce que ce jeune pilote prometteur a fait, sans ciller, comme un grand !

 

Relais-FRANCE_1

Crédit photo – FFC – Patrick Pichon

 

 

 

 

 

Hervé Bombrun