Cinquième de son premier mondial, Maxime Ciriego avait de quoi se montrer satisfait.

 

Et il l’était !  Les autres français engagés sur cette épreuve remportée par le Britannique Greenland, se classent onzième pour Laly, 17e Marry et 21e Cougoureux .

 

« Je n’avais pas participé l’an passé aux championnats du Monde en J1, disait Maxime Ciriego, après son run à Vallnord, et c’était pour moi une première cette année. » Une expérience qu’il a raccrochée au courage et avec force volonté. Explications. « Je me suis blessé en Coupe du Monde en début de saison, à Fort William, je me suis cassé le scaphoïde et le radius. Mon objectif était donc de revenir pour ces mondiaux, en étant si possible sélectionné au sein de l’Équipe de France dans le but de performer. »

 

Les trois conditions ont été réunies ! Titulaire d’un bac S avec mention très bien, Maxime compte l’an prochain « intégrer Staps, et continuer en parallèle ses études et le sport de haut-niveau, le VTT descente, tout en allant le plus possible dans les deux domaines. J’ai en tout cas apprécié mon passage en Équipe de France de VTT descente, car le staff est super. On a des mécanos, des kinés qui s’occupent de nous pendant toute la durée de la compétition. Tout le monde est au petit soin pour nous. Manu Huber, l’entraîneur national, nous donne de précieux conseils. Il nous aide dans les trajectoires, la préparation de nos runs avec Alex Belaud. » Un bien bel hommage pour ces hommes qui travaillent sans relâche au service de leur discipline.

 

 

Hervé Bombrun