Le comité directeur de l’Union Européenne de Cyclisme a pu prendre connaissance du document intitulé « Velon Addendum », adressé aux coureurs membres d’équipes adhérant au groupement « Velon ».

 

C’est avec stupéfaction que les membres du Comité Directeur de l’Union Européenne de Cyclisme ont constaté que ce document enjoint les coureurs concernés à céder à leurs équipes, un certain nombre d’attributs, tels que, notamment le droit à l’image, le droit de propriété intellectuelle, le relevé de données personnelles…

 

Le Comité Directeur de l’Union Européenne de Cyclisme s’interroge très fortement sur la légalité d’une telle demande, et sur le bienfondé d’une telle action menée par un groupement non reconnu officiellement par les instances du cyclisme international.

 

Sur ce dernier point, les membres du Comité Directeur de l’Union Européenne de Cyclisme, ont pris connaissance des réactions très vives du CPA (Cyclistes Professionnels Associés), organisme représentant les coureurs au niveau international, remettant très clairement en cause la légalité du contenu du document transmis par « Velon » aux coureurs concernés, et enjoignant d’ailleurs ces derniers à ne pas le signer.

 

Eu égard à cette situation, et donc aux actions développées par « Velon » envers les coureurs professionnels, le Comité Directeur de l’Union Européenne de Cyclisme souligne sa très grande inquiétude quant à l’existence de telles pratiques s’affranchissant de toute autre réglementation et/ou de négociations collectives, pratiques au seul bénéfice des employeurs membres de « Velon » au détriment des intérêts et droits individuels des coureurs.

 

De ce fait, le Comité Directeur de l’Union Européenne de Cyclisme, a décidé de saisir officiellement l’Union Cycliste Internationale de cette situation afin que cette dernière fasse cesser de telles pratiques, lesquelles n’ont pu se faire à l’insu tant de l’UCI que de l’instance représentative des groupes sportifs, AIGCP.

 

De plus, le comité Directeur de l’Union Européenne de Cyclisme, souhaite qu’une réflexion puisse être menée entre le CPA et l’UCI sur l’opportunité d’encadrer réglementairement ou par voie de négociations collectives toute action visant à la cession des droits personnels de la part des coureurs tant vis-à-vis de leurs employés que, et surtout, de structures tierces.

 

Enfin, le Comité Directeur de l’Union Européenne de Cyclisme, s’interroge de connaître le point de vue des coureurs concernés tant quant au contenu du document transmis que sur les éventuelles procédures mises en place par les employeurs concernés en vue d’obtenir l’accord de leurs coureurs.

 

Bien entendu, et sur ces deux derniers points, il appartient au CPA de juger de la pertinence de ces interrogations et de l’opportunité d’une démarche envers ses membres.

 

 

Le comité Directeur de l’Union Européenne de Cyclisme,

Lausanne, le 4 décembre 2015.