Greta Richioud championne d’Europe en titre en effet se classe deuxième de cette épreuve, remportée par la Championne du Monde, la Danoise, Amalie Dideriksen. Soline Lamboley quant à elle règle le sprint du peloton et prend la troisième place de cette belle épreuve internationale.

 

« Déjà il faisait un meilleur temps que l’an passé, déclare à ffc.fr dépêches La France Cycliste, l’entraîneur national des juniors dames. Greta et la Danoise ont attaqué ensemble dans la grosse bosse du parcours, cela avait de la « gueule » le maillot irisé de championne du Monde et celui étoilé de championne d’Europe ensemble » Le final de l’épreuve a tourné à l’avantage de la Danoise. « Greta s’est fait surprendre dans les derniers kilomètres par Amalie, poursuit Julien Guiborel. La Danoise est parvenu à se détacher et termine avec quatre à cinq secondes d’avance. »

La Rhône-Alpine a donc répondu présent tout comme le collectif France, comme le souligne encore le coach des juniors. « Il y avait un groupe d’une quinzaine d’unités derrière les deux échappées et dedans, nous avions Zambon, Midelet, Lamboley et Duchesne. » La course de cette dernière est d’ailleurs à souligner.

 

« Elle a fait une heure devant en échappée, à gagner quatre sprints intermédiaires et ce classement au final. Il y avait un très bon niveau collectif au sein de cette équipe de France, le seul bémol c’est que peut-être Greta aurait dû attendre devant, temporiser un peu et les autres filles derrière rouler plus fort et permettre un regroupement général compte tenu que nous avions devant Soline Lamboley qui va vite au sprint. »

 

Mis à part cela tout a joué à la perfection chez les « bluettes ». « Il y a eu une belle course d’équipe, ajoute Julien Guiborel. Le groupe a bien respecté les consignes. Les filles ont toujours été offensives, à l’avant de la course. C’est bien. On est battu par la championne du Monde, c’est donc une belle entrée en matière sur le plan international sur une course qui accueillait cette année un plateau plus fourni que l’an passé, avec des Lituaniennes au départ, des Slovaques, Allemandes, Amalie Diderksen et les Italiennes. L’UCI veut d’ailleurs se servir de courses comme celles-ci pour établir à l’avenir un circuit international pour les juniors dames, un peu comme ce qui se fait avec la Coupe des Nations pour les juniors homes. »

 

Hervé Bombrun