A l’occasion de cette nouvelle édition de la TIME Megève Mont Blanc du 4 juin 2017, dont l’organisation a été confiée à l’équipe de Sport Communication, tout était réuni pour vivre une belle partie de manivelles. Tout ou presque car le ciel n’a vraiment pas été clément avec les cyclistes présents. En effet 3 nouveaux parcours et une randonnée non chronométrée étaient proposés cette année. En plus du col de la Forclaz et du col des Saisies, le redoutable col du Pré et le retour par Bisanne s’élevaient devant les adeptes du grand parcours. Et à la grande surprise des organisateurs, ce sont près de 600 cyclistes qui se sont engagés sur ce parcours de 142 kilomètres et 3950 mètres de dénivelé (pour ne pas dire 4000 !).

Au total plus de 1350 cyclistes se sont présentés sur la ligne de départ, ce qui est un beau chiffre compte tenu de la météo annoncée peu engageante depuis le début de la semaine.

 

Avec le nombre d’anonymes, ou presque, des « personnalités » avaient fait le déplacement. Comme l’an passé Romain GROSJEAN est venu participer à l’épreuve, une présence naturelle puisque le sport cycliste fait partie de son entrainement et que les Cycles TIME fabriquent son vélo. Côté pilote, Bernard DARNICHE est lui aussi venu donner de sa personne, par amour du vélo mais aussi par amitié envers Eric BOYER, Directeur racing et sport chez TIME, avec qui il a de longues années de connivence. Côté charme, Nathalie SIMON est venue apporter sa touche personnelle, sport et élégance au programme. Des jeunes cyclistes professionnels (Auber) étaient aussi sur la ligne de départ.

 

 

 

Gwenaël RUAU, Directeur des sports de Megève et maitre d’œuvre de la TIME Megève Mont-Blanc pouvait apprécier la belle mise en place de l’épreuve.

Si le samedi, très chaud et ensoleillé avait permis d’ouvrir le bal avec des animations centrées sur la pratique du cyclisme chez les jeunes, très vite dans la soirée et dans la nuit, le ciel s’est assombri et la pluie s’est mise à tomber très drue.

Aussi le dimanche matin, sous un ciel menaçant, les cyclistes n’étaient pas tous très optimistes quant à leurs performances. Et pourtant ce fut bien l’occasion de constater que le cyclisme de masse est source de plaisir, plaisir partagé quelques furent les résultats de chacune et de chacun. En effet, devant ces conditions météorologiques délicates, certains ont préféré écourter le périple (dont moi je l’avoue, mais mes antécédents physiques m’ont conduit à la prudence). Une façon de vivre sa pratique en privilégiant le plaisir, celui de ne pas aller au-delà du raisonnable. Mais ceux qui ont pu aller au bout de leur effort auront au moins eu le plaisir de franchir la ligne d’arrivée, plus ou moins mouillés mais au bout ! Petite réserve pour ceux qui auront trop souvent crevé pour rallier l’arrivée.

 

 

 

La Patrouille GREEN CYCLING était bien présente avec pas moins de 9 cyclistes dont deux féminines, Jane l’Irlandaise et Malène la Danoise. Au départ Patrick François pouvait sensibiliser sur les actions de la Patrouille au micro, avant que les photos d’usage ne soient prises dans une ambiance conviviale (il ne pleuvait encore pas !). Ensuite les pelotons étaient lâchés en 4 départs successifs en fonction des parcours. Un départ bien plus sécurisant qu’à l’habitude sur cette route qui descend vers Flumet. D’ailleurs cette portion du tracé était neutralisée et hors chronométrage, tout comme la descente du col de la Forclaz en travaux et jugée trop dangereuse ; une mesure très judicieuse.

 

 

 

 

 

Côté course, la difficulté du parcours a entrainé des moyennes horaires assez faibles et les arrivées se sont échelonnées tout au long de l’après-midi. Sur le Granfondo, Nicolas ROUX, tout auréolé de son succès récent sur la Ronde Tahitienne (vraiment pas le même climat !) franchissait la ligne le premier. Mais toutes et tous sont à féliciter. Tout comme toute l’organisation, les bénévoles, et même les enfants très actifs lors du repas pour faire le service. A ce propos la journée s’est terminée par la remise officielle du label Green Cycling « Epreuve Reconnue ». Malène, Patrick et Vincent offraient le blason à Gwenaël RUAU, cheville ouvrière de l’épreuve à Megève. A n’en pas douter, faire ces parcours par beau temps doit être une expérience magnifique à vivre. Le rendez-vous est donc fixé pour 2018, plus de chaleur, plus de soleil, plus de cyclistes, et plus de plaisir partagé ; voilà un beau challenge à relever !

 

Vincent

Photos. PF/ FFC

Rights reserved