Bryan Coquard a décroché sa première victoire sous le maillot de l’équipe Vital Concept Cycling Club, la semaine passée à l’occasion du Tour d’Oman. « Ce succès fait du bien, car cela faisait quasiment huit mois que je n’avais pas remporté de course, dit-il, et depuis le début de saison je tournais pas mal autour. Mais je n’y arrivais pas soit parce que je faisais mon effort trop tôt, soit parce que j’ai commis des erreurs comme lors de la 2e étape de l’Étoile de Bessèges ». Mais Bryan a su garder confiance, tant en ses moyens qu’en ses coéquipiers qu’il tient à louer. « J’étais impatient de gagner, dit-il encore, car l’équipe tournait bien, et que mes coéquipiers me plaçaient et me lançaient bien. Avoir gagné c’est aussi top pour eux ». Car Bryan sait qu’un sprinter finit toujours grâce à sa pointe de vitesse, une œuvre souvent collective. Là, en prime à Oman, on peut lui ressortir cette fameuse phrase souvent entendue dans les pelotons « dis-moi qui tu bats, je te dirais qui tu es… », puisque dans le Sultanat, son dauphin fut Mark Cavendish. « Je pense que c’est la première fois que je le devance pour la première fois de ma carrière ». Libéré désormais de la contrainte de la première victoire à obtenir pour 2018, le coureur de Jérôme Pineau se tourne maintenant vers les classiques. « Maintenant que j’ai levé les bras, objectif les classiques, déclare en effet, Bryan. Je vais commencer ce week-end avec le Het Niewsblad, et je vais tenter de donner sur ces courses que ce soit le Tour des Flandres, Gand-Wevelgem, E3 ou la Brabançonne le meilleur de moi-même. Je vais essayer de bien faire, et notamment sur l’Amstel qui sera l’un de mes objectifs. Je sens en effet que cette année je suis plus mâture tant sur le plan physique que mental. »

 

 

Hervé Bombrun