« C’est ma première victoire chez les pros, c’est magique. On est parti à huit dans le GPM, indiquait l’Isérois, Nans Peters après sa victoire à l’attaché de presse de son équipe. Il y avait au sein de notre groupe Jan Bakelants, Thomas De Gent, Victor De la Parte, après sont rentrés  Bob Jungels,  Davide Formolo, que des grands noms du peloton professionnel. Je ne me suis enflammée, je me suis dit qu’il fallait que je garde un maximum de fraîcheur dans le final de l’étape, afin d’être en mesure de répondre aux attaques de ces coureurs. Je n’en ai pas fait plus que les autres. Je me suis concentré sur la fin de l’étape. Je n’ai posé qu’une seule attaque à quinze kilomètres de l’arrivée. J’ai ensuite bien géré mon effort, et derrière les autres coureurs se sont observés. Je me suis dit que j’avais gagné un kilomètre cinq de la ligne d’arrivée. C’est là que je me suis dit que c’était bon pour moi. Nos leaders n’ont pas connu la réussite sur ce Giro, mais une victoire d’étape sur un Grand Tour, et le port du maillot blanc sur ce Tour d’Italie, je pense que c’est un bon bilan pour notre formation, AG2R-la Mondiale ». La France qui brille sur cette course puisqu’Arnaud Démare à lui aussi remporté une étape pour le compte de Groupama-FDJ. Le Picard est d’ailleurs le leader du maillot cyclamen qui désigne le meilleur sprinteur de cette épreuve, un maillot distinctif qu’il porte depuis six journées maintenant.

 

 

Hervé Bombrun