Champion de France amateurs 2014, Yann Guyot n’aura finalement porté son maillot que quelques mois, puisque cette saison il évoluera dans les rangs professionnels sous les couleurs de l’Armée de Terre. Le Breton connaît même son programme de début de saison qui passera par le Grand Prix d’Ouverture-La Marseillaise, l’Étoile de Bessèges, les trois épreuves de l’Essor Basque, le Tour du Haut-Var, la Classic Drôme-Ardèche et les Boucles de Sud Ardèche. Une belle mise en bouche. «Ce passage chez les pros pour l’équipe et moi, c’est en fait une continuité, et à la fois un autre challenge que nous nous lançons mes coéquipiers et moi, déclare-t-il à France Cyclisme. Je me dis que je repars de zéro, que la saison 2014 je l’ai appréciée, mon titre de champion de France également, mais que là je redémarre du début ou presque. Je vais apprendre, découvrir, même si en même temps à 28 ans, je ne dois pas perdre de temps en route. Il faut que j’apprenne vite chez les pros. » Un apprentissage en « accéléré » que lui permettront d’acquérir Jimmy Casper, en qualité de directeur-sportif, et ses coéquipiers Julien Duval et Benoît Sinner. Mais ses potes aussi d’entraînement. « Je roule souvent avec Romain Hardy et Armindo Fonseca, et ils ont été super content pour moi que je passe. Ils ont même eu peur à un moment donné que je regrette ce contrat que l’on m’avait proposé et pas signé, par solidarité avec l’Armée de Terre. Les choses se sont finalement bien passées puisque l’Armée est passée dans les rangs pros et que le projet de l’équipe a abouti à quelque chose. »

Mais une fois que celui-ci a vu le jour, pour lui il convient d’enfoncer le clou rapidement sur le terrain. « Je n’aime pas trop annoncer mes intentions, les ambitions qui m’animent, explique encore Yann. Mais avec mon entraîneur on a déjà ciblé quelques courses sur lesquelles je pourrais être bien. Moi, de toute façon je fais du sport pour performer, gagner. J’espère faire de belles choses cette saison, ce qui serait bien c’est que l’équipe se mette en évidence très rapidement en début de saison afin que l’on montre sur le terrain que nous avons bel et bien notre place dans le peloton professionnel. »

 

 

 

 

 

 

Hervé Bombrun