Rudy Kowalski a soufflé le chaud et le froid ses dernières semaines. Le chaud c’est cette première place au classement du meilleur grimpeur sur les 4 Jours de Dunkerque. Un vrai bouquet… d’artifice pour le coureur de Roubaix Lille Métropole originaire, justement, du Nord de la France. « Ce succès c’est surtout une forme de reconnaissance sur une course qui me fait rêver, et que je regarde, depuis que je suis gamin, dit-il à ffc.fr dépêches La France Cycliste. Cela fait en plus quatre ans qu’un coureur de Roubaix Lille Métropole monte sur les podiums aux 4 Jours pour recevoir cette récompense. Le maillot reste donc une saison de plus « dans la maison » Roubaix, et c’est bien. » Voilà, pour le chaud, car le froid est arrivé très vite comme un effet boomerang. « Je chute lors de Paris Arras, et je me suis blessé au genou. J’ai eu une grosse douleur, mais là cela va mieux. Maintenant, le prochain objectif ce sont les championnats de France au Futuroscope. »
Le but de Rudy c’est de se faire remarquer sur cette épreuve, comme sur les autres du calendrier pro, afin de « pouvoir monter à l’échelon supérieur chez les pros, d’essayer de savoir ce que je pourrais faire plus haut, déclare ce puncheur, qui ajoute aussi dans la foulée, mais attention je suis aussi très bien chez Roubaix Lille Métropole. »
Une formation au sein de laquelle, son père, Jérôme, bien connu des cyclo crossmen de l’équipe de France, occupe la fonction de mécanicien. « Mon père est avant tout le mécano de l’équipe, ce n’est pas parce que je suis son fils qu’il va bichonner plus mes roues que celles d’un autre coureur, ou qu’il va plus s’occuper de mon vélo. Non, je suis un coureur comme les autres pour lui. Lui est le mécanicien de l’équipe, moi, je suis coureur. Ce n’est qu’une fois la course terminée qu’il reprend son statut de papa, quand on rentre à la maison. » Famille de cyclistes, les Kowalski sont trois en fait, avec Dylan, qui évolue dans les rangs amateurs, au VC Rouen 76. « J’aimerais bien un jour aussi courir chez les pros avec mon frère. Il y a déjà pas mal de frangins dans le peloton français avec les frères Chavanel, Feillu. Cela me ferait vraiment plaisir de pouvoir courir à ce niveau avec mon frère, même si nous ne faisons pas partie de la même équipe… »

Hervé Bombrun
@Lafrancecyliste