Angelo Tulik qui sera dans quelques jours au départ du Giro en Irlande, ira sur cette île « l’esprit plus libéré », confie-t-il à ffc.fr dépêches La France Cycliste, « ma victoire sur la Roue Tourangelle me donne confiance, et à la fois me fait du bien à la tête. » Ayant disputé deux des classiques Ardennaises, la Flèche et l’Amstel Gold Race juste avant « là-bas, dit-il encore, j’ai travaillé pour mes leaders », et une fois revenu au niveau domestique, le puncheur-sprinter d’Europcar a su jouer de la supériorité de son équipe sur les routes Tourangelles. « J’ai réussi à concrétiser mon début de saison commencé en Australie par une victoire, j’avais fait deuxième récemment d’une étape à la Sarthe, et j’étais déçu. La victoire d’hier a effacé cette déception. »Surtout que ce succès a été acquis dans des conditions difficiles. « « Il y avait du vent, de la pluie ce qui a contribué à durcir l’épreuve d’entrée de jeu, les coups de bordures se sont vite faits. On était une équipe assez jeune, qui se connaît bien, car on est tous issus du Vendée U, et nous avons nos automatismes dans une telle situation. On s’est retrouvé quelques-uns de l’équipe devant, et notamment Bryan Coquard. Sa présence au sein de l’échappée nous a bien servi, moi en particulier. » Angelo Tulik qui avait déjà gagné une course l’an passé porte son total succès à deux unités, donc, avant d’embarquer pour l’Italie. « Avant quand l’équipe n’était pas Pro-Team, il n’y avait qu’une seule possibilité de Grand Tour. J’étais motivé cette année pour en disputer un, on a vu avec le staff et on a décidé que ce serait l’Italie, dès le mois de décembre. Je vais là-bas pour apprendre et découvrir ; Il va falloir gérer au mieux les 3 semaines. Notre leader pour la montagne sera Pierre Rolland, on a des choses à faire. »Hervé Bombrun