Corentin Ermenault prépare activement la saison 2017 en ayant pris l’option d’aller rouler à titre individuel au chaud, alors que le froid couvre toute la France. « Je suis en Espagne à Calpe pendant 9 jours », indique le néo-pro du Team Wiggo lequel apparaitra sous ses nouvelles couleurs à l’occasion du : « Grand Prix de Lillers, après il y aura Paris-Troyes, et le Tour de Normandie avec l’équipe de France piste afin de préparer les mondiaux, s’en suivra un stage à partir du 3 avril. » Corentin Ermenault aura donc un programme français dans le but de lui « faciliter les choses avant les mondiaux. C’est une bonne logique Lillers, Paris-Troyes et Normandie ». Il aura aussi le privilège de démarrer sa carrière professionnelle en France.

« C’est intéressant de débuter par le Grand Prix de Lillers, c’est une course que j’ai déjà faite l’an passé. Commencer là-bas avec ma nouvelle équipe c’est plutôt pas mal. Je suis presque à côté de la maison ». Mais avant de se lancer dans le grand bain, il aura effectué un (autre) stage avec le Team Wiggo, cette fois, du 7 au 21 février, à Cambrils, en Espagne à côté de Tarragone. Le but final étant le mondial piste de Hong-Kong. « Déjà le 1er objectif c’est la poursuite par équipes on espère faire de belles choses, continuer sur notre très bonne lancée après nos succès obtenus lors des Championnats d’Europe Espoirs et Elite. Le but se serait d’obtenir notre première médaille mondiale. En poursuite individuelle, je sais qu’il y aura aussi énormément de clients. Je suis champion d’Europe en titre, et j’aimerais faire à nouveau un gros numéro et pourquoi pas monter sur le podium, mais la concurrence sera rude », explique le Picard qui a récemment disputé les 6 Jours de Rotterdam. « Mes tous 1ers, dit-il, cela me tenait à cœur d’en disputer un. À Glasgow Morgan Kneisky m’a évoqué la possibilité d’en disputer un, j’ai de suite accepté. Et j’ai découvert cet univers la semaine dernière. C’était difficile, et une bonne expérience à la fois. On a gagné une super sprint, élimination par équipes. Les sept premières équipes étaient éliminées tous les quatre ou cinq tours. Pour les six dernières, il restait dix tours et c’était comme une finale de scratch ».

 

 

 

Hervé Bombrun

 

Hervé Bombrun