Rayane Bouhanni a pris la tête de la Course de la Paix, troisième manche de la Coupe des Nations juniors UCI 2014, à l’issue de l’étape de montagne. Le Lorrain est en jaune ce soir à égalité avec un coureur Danois. « L’équipe a été superbe, indique à ffc.fr dépêches La France Cycliste, Julien Thollet, entraîneur national. La journée a été tendue jusqu’au bout, et il a fallu sortir les calculettes pour savoir qui allait endosser le maillot jaune. Cela s’est fait aux jeux des bonifs, Rayane est ce soir à égalité de temps avec un concurrent Danois et ils ont été départagés par rapport aux temps du contre-la-montre. » Rayane Bouhanni qui était en embuscade au général, hier, a su parfaitement manoeuvré lors de l’étape « dite » de montagne. « Il y avait cinquante kilomètres tout plat, note Julien Thollet, et un circuit de vingt-cinq kilomètres à couvrir deux fois. C’était une arrivée au sommet. C’était encore tout groupé à l’entame de la dernière montée. Rayane sort avec le Danois pour faire les bonifs. Ils ont pris vingt-cinq secondes d’avance. Le peloton a alors explosé, Aurélien Paret-Peintre est sorti en contre avec un concurrent Suèdois. Ils ont effectué la jonction, Aurélien Paret Peintre a fait un gros travail pour crueser un maximum. Aurélien se classe troisième, Rayane fait quatrième. L’équipe a super bien fonctionné, tout le monde a protégé les autres comme je leur avais demandé. Je suis vraiment content d’eux, mais rien n’est encore fait. Il va falloir encore surveiller les Danois lors des bonifs demain, car ils savent souvent renverser les tendances et l’ont déjà fait par le passé. Mais nous allons tout faire pour conserver ce maillot. » Une envie partagée par Rayane Bouhanni, bien évidemment. « Avoir le maillot jaune sur le dos cela donne forcément des frissons, mentionnait Rayana Bouhanni. Il va falloir batailler demain pour conserver le maillot jaune. Je vais tout faire pour essayer de gagner cette Course de la Paix Ce 2014 », conclut le Lorrain, capable d’être rapide au sprint, de rouler et grimper. Un coureur complet en somme qui finissait sur cette phrase. « Ce maillot jaune, il est formidable… »Hervé Bombrun