La deuxième étape du Tour d’Istrie, deuxième étape du Tour d’Istrie, épreuve comptant pour la Coupe des Nations juniors, a été marquée par la deuxième place de Aurélien Paret-Peintre et la troisième de Pierre Idjouadienne. « Le résultat brut ça va, déclare à ffc.fr dépêches La France Cycliste, Julien Thollet, entraîneur national des juniors. Mais cela a été très chaud en course, les gars sont très forts physiquement, mais ils ont des lacunes collectives, des manques d’automatisme. A sept kilomètres de l’arrivée Aurélien Paret-Peintre avait une minute cinquante de retard sur la tête de course. Il a effectué une montée de folie. Rémy Rochas a roulé très fort en faveur du groupe sur la fin. » Un bout droit qui a permis à Aurélien Paret Peintre de venir « mourir à trois secondes de la gagne, et conserver son maillot de leader pour quelques secondes. » Un bon point à une journée du terme de cette épreuve. « Les jeunes ont été forts individuellement les années précédentes, dit Julien Thollet, mais là au niveau international ils découvrent aussi qu’il faut avoir une certaine force collective. Ils doivent encore travailler, apprendre dans ce domaine. Mais c’est normal ils débutent, découvrent le haut-niveau Ils sont en formation, en apprentissage c’est ce qui est bien. Le maillot est encore sur nos épaules, et c’est l’essentiel. Ils leur manque deux ou trois choses, mais c’est normal ce sont des juniors. On peut penser que je fais la fine bouche au vue des résultats. Cela paraît décalé, mais j’ai vu des choses à l’intérieur de la course qui me font dire ce que j’ai énoncé, maintenant je loue les bons résultats de l’équipe, la bonne ambiance qui règne entre les coureurs, l’esprit de chacun, et le fait aussi que l’on marque pas mal de points à la Coupe des Nations, ce qui n’est pas négligeable. »Hervé Bombrun