Sébastien Hinault qui a connu une émotion « une peu spéciale pour sa der des ders chez les pros, à l’occasion de Paris-Tours », éprouvera sans doute un dernier gros pincement au cœur, aujourd’hui, à l’occasion de son jubilé, organisé par son club de supporter, chez lui en Bretagne, du côté de Plouha. « Petit blaireau », comme il est surnommé dans le peloton, sera reçu par les personnes qui l’ont soutenu tout au long de sa longue et brillante carrière, ses plus fidèles fans, tout en étant à la fois entouré de ses potes, Sylvain Chavanel, Jérome Pineau, Cyril Lemoine, ou encore Serge Beucherie et Michel Laurent, des anciens comme lui de l’équipe Crédit-Agricole.

 

« A Paris-Tours, je me suis rendu compte que les sensations de coureurs, de sportif de haut-niveau, cela allait être terminé, que ces grands moments qu’offre le sport je ne les vivrais plus, même si je vais continuer à rouler, courir aussi. Mais cela ne sera plus comme quand j’étais en carrière, cette période de ma vie avec le vélo qui a duré dix-huit ans chez les professionnels, c’est cela qui me rend le plus fier en fait. Mais je sais également que je suis un chanceux, car je n’ai jamais été malade, pas eu de grosses chutes durant ma carrière. Je suis passé au travers des pépins. Ma der aussi sur Paris-Tours collait avec la dernière épreuve commentée par Daniel Mangeas pour ASO, là aussi c’était un peu spécial. C’est un génération qui s’en va Thor Hushovd, Jens Voigt moi, et derrière ça pousse et c’est tant mieux ainsi. Ma plus belle victoire, puisque le temps des souvenirs est venu, restera ma victoire d’étape sur la Vuelta, en 2008. Le Crédit Agricole arrêtait, je gagne cette course, et cela me permet de continuer ma carrière pendant quatre ans chez Ag2r la Mondiale, avant de finir ces deux dernières saisons chez Iam, qui là aussi a été une belle aventure. Ce qui me manque juste c’est une participation aux Jeux. J’espérais faire dix ans chez les pros, j’ai fait quasi le double. Je gagne 15 courses, j’ai disputé dix-sept grands tours. Maintenant une nouvelle vie va débuter l’an prochain, avec ce poste de directeur-sportif chez Bretagne Séché, cela me permet de rester dans le milieu et repartir sur autre chose. C’est un beau projet car l’équipe a du potentiel et la possibilité de se développer dans le futur, en plus. »

 

Hervé Bombrun