ALEXYS-VUILLERMOZ_1Comment s’est passée votre course ?

 

Alexis Vuillermoz : « Je pense avoir effectué une belle moyenne de puissance, après j’ai été gêné par un problème mécanique, mes patins de freins qui touchaient sur ma roue arrière.

J’entendais du bruit, et quand on développe 400 watts et que l’on se fait doubler par d’autres concurrents, c’est très frustrant. Et se faire reprendre 30 à 40 secondes sur ce type de montée en disposant d’une telle puissance, c’est vraiment rageant. C’est aussi en partie de ma faute, j’aurai du vérifier mon étrier avant de partir, même si je l’ai fait. On a changé de vélo à la dernière minute. On avait opté pour le vélo de chrono mais avec la pluie, j’ai choisi le vélo de route avec un prolongateur. C’est comme ça, après… J’étais plus à l’aise sur ce vélo, même là quand je roule à plat sans me mettre en danseuse ça touche, alors en relançant imaginez ! Je m’en suis rendu compte assez vite, mais cela ne sert à rien de le faire. On est aux Jeux, avec le maillot de l’Équipe de France sur le dos. Je ne vais pas abandonner une course comme celle-ci. »

 

Le bilan de vos Jeux ?

 

AV : « Aujourd’hui c’est la frustration domine, mais je suis vraiment satisfait de ma course sur route. Cela ne s’est pas vu en terme de résultats, mais j’ai fait du boulot en amont et je suis encore présent dans le final, avec Romain, afin de faire un tempo dans le final sur les dix quinze kilomètres de la course. Alors qu’avant j’avais effectué un boulot énorme. J’ai atteint un gros niveau de performance, et je pense que c’est le maillot de l’Équipe de France qui m’a permis de le faire, aussi. C’est satisfaisant de voir que j’étais présent, à mon sens j’ai été performant ici à Rio sur la course en ligne comme rarement je l’ai été par le passé ».

 

 

Le parcours vous plaisait ?

 

AV : « Oui, un circuit raide comme cela avec des bosses raides, qui se montent en injection je préfère cela à des grands bouts droits sur lesquelles je perds du temps. Je ne vais pas mettre la faute là dessus, ni sur les descentes. Je pense être descendu rapidement, proprement. J’étais concentré tout au long de mon chrono. Je mets le même temps pour faire le 2e tour que le 1er, preuve que j’ai bien lissé mon effort. La puissance moyenne développée que j’ai et le rapport risque-vitesse, j’ai pas mal géré, après c’est que le résultat n’est pas là. »

 

 

Hervé Bombrun

Crédit photo FFC – Patrick Pichon – Voir toutes tes les photos