L’un des maîtres mots dans le discours de Théo Nonnez est : fierté : « d’être passé pro cette année, au sein de l’équipe Groupama-FDJ continentale. C’est l’un de mes rêves qui se réalise. Je reste tout de même conscient que je n’évolue actuellement qu’à l’échelon continental, et que je ne suis pas non plus arrivé au sommet du cyclisme professionnel. Je continue donc de rêver en espérant pouvoir au fil des saisons gravir les échelons », indique à France Cyclisme, l’ex-champion de France juniors hommes qui a effectué qu’une seule en amateurs en 2018, au sein du CC Nogent-sur-Oise.

La particularité de la conti « Groupama-FDJ » c’est que l’ensemble des coureurs qui la compose seront tous basés à Besançon. « C’est l’objectif de l’équipe de nous regrouper tous en un même lieu. On pourra ainsi s’entraîner un maximum ensemble lorsque nos programmes de course nous le permettront. Le service course de l’équipe est basée à Besançon. Les médecins aussi, les kinés, nos entraîneurs, notre DS sont basés aussi dans cette ville, ce sera en quelque sorte un centre de formation avec pour but que nous progressions tous ensemble ». Car les « p’tits » de Groupama-FDJ n’ont que petit ce qualificatif, pour le reste leur groupe fonctionne comme toutes les équipes pros. Même Marc Madiot le manager de la structure World-Tour était venu la semaine passée les encourager au Pays Basque, pour leur toute première sortie officielle en compétition. Et première victoire sur les Boucles de l’Essor pour Théo Nonnez ! « Quand on est français et fan de vélo, tout le monde connaît Marc. La course s’est bien déroulé, et au final signer un doublé cela a été une vraie fierté pour nous, de lui montrer ce que l’on était capable de faire. Je suis heureux d’avoir gagné la première victoire pour le conti de Groupama-FDJ, et cela restera gravé ». Une mise en bouche qui a suscité d’autres envies de succès pour Théo. « Mon objectif cette année sera de gagner des courses, et plutôt des belles. J’espère briller sur des épreuves du type Liège-Bastogne-Liège ou sur des Championnats nationaux, continentaux ou pourquoi pas internationaux ».

 

 

Hervé Bombrun