FDJ - Nouvelle Aquitaine – Futuroscope – Stephen Delcourt

FDJ – Nouvelle Aquitaine – Futuroscope – Stephen Delcourt

Manager de l’équipe FDJ- Nouvelle Aquitaine – Futuroscope, Stephen Delcourt nous dévoile les ambitions de ce groupe, présenté le 10 février, pour la saison 2018. 

 

Stephen, le fait que la FDJ ait prolongé son engagement, et doublé part de son budget, c’est une bonne nouvelle pour toi, non ?

Stephen Delcourt : « Oui ! C’est une excellente nouvelle, car cela nous permet d’être plus serein pour l’avenir de notre structure, sachant que 45% de notre budget est aujourd’hui déjà traité, et que de fait on va pouvoir se consacrer sur d’autres points. L’autre atout c’est la durée : trois ans ! On va pouvoir monter en puissance et atteindre notre but, à savoir que l’équipe devienne professionnelle à 100% à l’avenir.

 

Est-ce que ce prolongement de contrat de la part de la FDJ, a amené d’autres partenaires à en faire autant ?

SD : Le but c’est que tous nos partenaires historiques s’engagent eux aussi sur des durées plus longues et montent en puissance. Ainsi, nous serons certains que l’équipe sera viable, et ainsi nous deviendrons la 1ère équipe cycliste femmes pro à 100%. Aujourd’hui nous le sommes à 75%, clairement.

 

Quels sont vos objectifs sportifs pour cette année 2018 ?

SD : Renforcer notre place parmi le top 10 mondial, et remporter une épreuve de classe world tour femmes cette année. On a été capable l’an passé de monter sur les podiums de ce calendrier World-Tour, mais nous n’avons pas pu encore nous imposer. On compte sur Shara Gillow et Roxane Fournier, sur les courses dures pour la 1ère, les arrivées au sprint pour la 2e, pour essayer de décrocher ce succès que nous convoitons tant. Le Championnat de France restera aussi un objectif, c’est le point majeur aussi de l’année. Le titre est désormais au sein de l’équipe, notre but sera de le conserver. C’est en région Parisienne proche de notre sponsor, la FDJ, de surcroit…

 

A termes vous voulez continuer à vous renforcer ?

SD : Exactement. Notre but est de faire monter en puissance des cyclistes françaises. On recrute des cyclistes filles étrangères et expérimentées afin d’accompagner nos cyclistes françaises, et les former. Je vois qu’en France il y a un gros vivier juniors, espoirs en France qui arrivent avec de très résultats dans ces catégories. Nous avons fait passer, par exemple, cette année Évita Muzic, qui est très jeune. Le but étant de la former, et de l’amener progressivement vers le haut-niveau. Mais je sais qu’il y a encore de supers talents qui arrivent, en France, et il ne faut pas que nous les laissions passer.

 

 

Hervé Bombrun

Photo – Thomas Maheu