Bourreau-bernard---MONDIAL-ROUTE-HOMMES

Bernard Bourreau

La France a pris ses quartiers à Rio, lors du test-event, et cette épreuve s’est sont bien goupillée pour Bernard Bourreau et ses cinq coureurs, ce serait une erreur de croire que les choses sont quasi faites un an d’avance par rapport aux Jeux de Rio.

 

La France ira au Brésil avec de l’ambition c’est indéniable, mais le sélectionneur des bleus qui possède expérience et savoir-faire par rapport à des épreuves de tel niveau et intensité que sont les Jeux Olympiques, sait aussi qu’un test aussi réussi n’est pas obligatoirement la copie conforme de la course… y compris surtout à l’occasion des Jeux !

 

Bernard Bourreau d’ailleurs préfère s’appesantir sur le « boulot » effectué sur place, au-delà de la belle performance réalisée par son équipe. « Nous avons bien bossé, dit-il à France Cyclisme.

 

Nos entraînements ont été très bons, facilités par les contacts que possède au Brésil, Christophe Saintagne. Il nous a été d’une grande aide, et les personnes qu’il connaît sur place nous ont beaucoup aidées.

 

Les gars ont pu monter la bosse de Chinesa, et quatre fois l’autre qui agrémente le parcours. Ce qui est bien c’est que les coureurs retenus ici s’entendaient bien. » Ce qui s’est vu le jour de la course, et d’ailleurs à ce propos les enseignements de Bernard Bourreau sont sans appel. « Le parcours des JO pour l’épreuve en ligne sera infernal. Je n’ai jamais vu de circuit aussi dur que celui-ci. Il y a des pourcentages hors normes, allant parfois de 15 à 20%, des descentes techniques avec de nombreux virages, et des parties en bosse avec de très mauvais pavés. C’est un parcours qui requiert un bagage complet, pour grmpeurs-puncheurs. » Alexis Vuillermoz l’a démontré lors du test-event, une course sur laquelle l’équipe de France a réalisé un vrai tir groupé avec Romain Bardet (3e), Tony Gallopin (4e), Thibaut Pinot (6e) et Warren Barguil (8e). « Warren a été dans l’échappée qui s’est de suite formée, ce qui a permis à ses coéquipiers de ne pas avoir à supporter le poids de cette course. Le résultat de ce tes-event est bon pour l’équipe de France, ajoute Bernard Bourreau, mais ce qui importe le plus c’est toutes les données, tous les renseignements que les coureurs, nous staff, nous avons pu accumuler durant notre séjour au Brésil. Cela va nous permettre de préparer ces Jeux Olympiques au mieux. »

 

 

 

Hervé Bombrun