FANNY-RIBEROT

FANNY-RIBEROT
© FFC – Patrick Pichon

Fanny Riberot a réalisé la meilleure performance de sa carrière – sur le plan international- la semaine dernière en Chine. Lors de la Manche de Coupe du Monde, le Tour of Chongming, l’Aquitaine désormais installée en région Rhône-Alpes, a en effet décroché une belle et prometteuse troisième place avec le maillot de l’équipe de France sur le dos.

 

« C’est mon meilleur résultat international, confie-t-elle à France Cyclisme, y compris dans les jeunes catégories. J’avais fait des podiums lors des trophées d’or, mais en Coupe du Monde c’était vraiment la première fois. Je finis en plus derrière Bronzini et Wild, deux gros calibres du cyclisme dames, ce qui à mes yeux ne fait que rehausser encore ce podium obtenu».

 

« Le sprint était difficile, ajoute encore Fanny, a six cents mètres de la ligne j’étais dans la roue de l’Italienne, et je voulais rester à cette place, car il y avait vent de face. Mais Bronzini et Wild ensuite se sont pas mal « frottées », ont joué des coudes, et m’ont pu un peu coincé contre la barrière. Et ensuite pour me dégager, je me suis retrouvée vent de face, mais tout cela c’est la course, le lot d’un sprint.

Je suis en tout cas contente d’avoir pu signer une telle performance avec le maillot de mon pays sur le dos, dans le cadre d’une sélection « Équipe de France ». Et être sur la troisième marche d’une coupe du Monde c’est encore plus fort avec ce maillot-là pour moi. »

 

Un groupe que cette athlète qui travaille- «comme vendeuse dans un magasin de téléphonie à Aix-les-Bains, grâce un CIP, que j’ai avec la Fédération Française de Cyclisme » – va retrouver dans le cadre des tout premiers Jeux Européens de Bakou, en Azerbaïdjan (18 au 28 juin 2015).

 

« La performance obtenue en Chine augmente mon capital confiance en vue de cette épreuve. Je me suis relancée en Chine après un début de saison difficile, liée à des blessures », explique Fanny Riberot, laquelle possède le même préparateur physique que le professionnel d’Ag2r-la Mondiale, Samuel Dumoulin. « Mes soucis de santé du début de saison sont derrière moi désormais: une tendinite au psoas qui engendrait aussi des douleurs au niveau du péroné. Là, on va dire que ma saison est lancée. Je me dis maintenant que ce que j’ai fait en Chine, je peux aussi le refaire d’ici quelques semaines à Baku, voire pourquoi pas mieux. » Qui sait, en effet ?

 

Hervé Bombrun