La deuxième étape de montagne  du Gracia Orlava, en République tChèque, comportait troudycols et une bosse, avec 2000 mètres dénivelé sur cent kilomètres.

« C’est parti vite, indique Julien Guiborel, entraîneur national au sein de la DTN de la FFC. Alphanie Midelet se classe 3ème du premier sprint intermédiaire au bout de 9km. Elle a contré après le sprint mais les suédoises ne laissaient pas partir donc ça n’a pas duré longtemps. C’est resté groupé jusqu’au 1er col de 10km où ça a explosé de partout (km 27). » Un groupe se détache alors. Une vingtaine de concurrentes se retrouvent devant « avec Léna Gérault et Morgane Coston. Manon Souyris et Victorie Guilman appartenaient au 2e peloton, Alphanie Midelet et Lucie Journier dans le 3ème peloton. C’est resté tout le 2e col avec une minute d’écart mais ensuite la poursuite s’est arrêtée. La majorité des équipes étaient représentées devant. » La reprise des hostilités a ensuite, « à l’avant dans le haut du 3ème col. Les filles étaient bien alors que 5-6 filles placées au général. Malheureusement il n’a pas eu vraiment de barrage et les concurrentes lâchées sont revenues après la descente. »

Sur le haut de la dernière bosse, à douze kilomètres de l’arrivée, à la faveur du sprint pour le GPM, Léna sort avec deux autres filles mais l’une d’elle ne collabore pas. Elles sont reprises à 5km de l’arrivée ».  Mais les françaises n’ont pas lâché pour autant. « Préférant anticiper le sprint, Morgane et Léna ont ensuite tenté leur chance à tour de rôle dans les 5 derniers km. 

Émilia Falhin, pourtant esseulée, gagne l’étape au sprint et renforce son maillot de leader. 

Bonne expérience pour les filles dont c’était pour la majorité une première en moyenne montagne. Bon comportement de Léna et Morgane à l’avant qui ont tenté l’offensive dans le final ».  Léna Gerault se classe à la huitième place de cette étape, Morgane Coston est dix-huitième. Autre bonne nouvelle: « Ce matin le président du jury a reclassé Léna à une minute vingt-sept secondes sur la première étape et non à quinze minutes . Ainsi, ça lui permet d’être dans les vingt premières du classement général. »

Hervé Bombrun