david-gaudu11_1David Gaudu qui a signé son 1er contrat avec Marc et Yvon Madiot, et la FDJ sitôt après les Championnats d’Europe Espoirs, a fait la course que ses futurs employeurs attendront sans doute de lui dans le futur, celle d’un attaquant. « Même si le chemin à accomplir est encore long, David a réalisé une superbe saison chez les amateurs, peu de coureurs gagnent la même année la Course de la Paix et le Tour de l’Avenir », disaient en chœur les deux frères Madiot.

 

Le Breton en tout cas a tenu son rang dans le Morbihan sur cette épreuve de Plumelec qu’il affectionne (9e  ici même lors du Grand Prix de Plumelec, en mai dernier avec les pros).

 

« Je n’étais pas dans un grand jour, j’ai dit aux gars on inverse, et j’ai échangé mon rôle avec Valentin et Benoît ». Mais néanmoins le jeune Breton lauréat de la Course de la Paix, du Tour de l’Avenir a été de l’avant. Il a même été repris à cinq cents mètres de l’arrivée. « Ce n’est pas passé loin, dit-il. Je n’avais plus rien, et j’avais donné pas mal avant, mais mon choix était d’être offensif, de me montrer offensif. C’est la tactique qu’il fallait avoir sur une épreuve comme celle-ci. »

 

David Gaudu qui a eu toute la saison la confiance de Pierre-Yves Chatelon, entraîneur national des U23 à la FFC, a eu cette attitude même s’il n’a pas pu aller au bout de ses intentions. « J’ai senti que je n’étais pas dans un grand jour, et je l’ai dit de suite aux gars car sur un Grand Championnat il n’y a qu’une chose qui compte c’est le titre ! On avait des cartes à jouer, Valentin et Benoît m’ont dit qu’ils étaient très bien. Je leur ai laissé jouer la leur, en allant devant, et au final, il ne m’a pas manqué grand chose. C’est comme cela ».

Une chose est certaine les deux frères Madiot ont apprécié en fins connaisseurs le récital Morbihannais de leur future recrue.

 

Hervé Bombrun