elize-delzenne_1

Elize-Delzenne

Si un classement par équipes était attribué sur les Championnats d’Europe nul doute que les filles de l’équipe de France élite dames auraient eu de grandes chances de se l’approprier !

 

Sévérine Éraud 10e, Audrey Cordon 12e, Edwige Pitel 14e et Elize Delzenne 15e ont en effet porté haut nos couleurs sur cette épreuve.

 

Edwige Pitel a bien essayé, tenté et multiplié les offensives mais son statut et son expérience au sein du peloton ne lui ont donné aucune liberté.

 

« La décision s’est faite à la pédale dans la dernière bosse, déclarait pour sa part, Audrey Cordon, je ne suis pas loin mais je n’ai pas non plus les jambes pour être dans la 1ère partie du groupe, malgré tout je suis parmi les toutes meilleures, 12e, ce qui est une bonne performance vu le niveau de la course et la manière dont cela s’est passé. J’ai toujours été bien, j’avais de super jambes, mais quand cela se fait comme cela sur une montée sèche, cela se fait à la « cuisse », et là je suis vraiment à ma place par rapport aux filles qui sont avec moi et devant moi. Je ne suis pas déçue, en plus on ramène une médaille avec les Espoirs ».

 

Mais la grosse performance de la journée a sans doute été réalisée par Élise Delzenne, collectionneuse de malchance cette année, et qui a su lutter contre vents et marées pour tenir la barre dans le Morbihan et signer un résultat plutôt flatteur face à la somme de déboires rencontrés.

 

« Je n’ai pas eu de chance dans le 1er tour, indique la Nordiste. Je tombe dans le 1er tour, au bout de cent mètres je me rends compte que ma roue avant est cassée. Je la change. Je mets un autre tour pour retrouver ma place au sein du peloton, puis j’ai l’impression de crever à l’arrière. Mais j’étais sous gonflée. On change ma roue au ravito, je remets un tour pour rentrer sur le peloton. J’ai laissé beaucoup trop de jus, je suis restée au sein du peloton à partir de la mi-course jusqu’à la fin mais j’ai fait quatre tours toujours en prise mais pour essayer de rentrer. Toute l’énergie que je perds au début c’est sans doute la force qui me manque sur la fin pour être dans le 1er groupe. » Sans aucun doute…

 

Hervé Bombrun