Fanny Riberot a décroché une belle troisième place sur la manche de Coupe du Monde dames qui se disputait en Chine.

 

« Cette épreuve se déroulait en ligne -125 km – sur un parcours plat mis à part un tunnel et un grand pont permettant de passer de Shanghai, lieu de départ, à l’île de Chongming, détaille Julien Guiborel.

 

Quelques attaques en début de course mais rien de significatif. La course n’a pas été très rapide malgré le vent favorable. Elise fait 4e du… Grimpeur en haut du pont qui permet de venir sur l’île de Chongming. L’épreuve s’est accélérée ensuite au 2/3 de la course avec l’attaque d’une chinoise, rejointe peu de temps après par une membre de l’équipe Bepink. Leur avance grimpa jusqu’à une minute et quinze secondes. Après le deuxième sprint intermédiaire (km98), Eugenie Duval (Poitou-Charentes Futuroscope) et Elise Delzenne tentèrent de partir en contre et de combler l’écart avec d’autres concurrentes. Mais les autres équipes ne laissaient pas s’échapper. Dans le final, les équipes de sprinteuses roulèrent pour rentrer sur les fuyardes. Elles ont été revues à moins de 10km de l’arrivée.

 

A l’approche de l’arrivée, ça frottait beaucoup pour préparer le sprint. Les filles de l’équipe ont eu du mal à se trouver. Mais Fanny a pris les bonnes roues. Olds d’abord, puis Bronzini et Wild ensuite. Elle termine 3e derrière ces 2 concurrentes.Très gros travail de toute l’équipe. Coralie Demay et Soline Lamboley en amont du sprint pour replacer les filles protégées. Soline a poursuivi le travail dans le final avec Elise qui avait un rôle de capitaine et d’électronique libre sur cette course. Iris et Fiona étaient toutes les 2 protégées pour le sprint. Fanny avait plus un rôle de poisson pilote. Comme la veille, les rôles se sont inversés dans le final et Fanny, bénéficiant d’un bon placement, a su saisir sa chance, et se classe troisième. Iris Sachet et Fiona Dutriaux terminent 19e et 20e. Les filles terminent 4e au classement par équipe. Je tiens aussi à remercier l’encadrement, Olivier Schmidt (kiné) et Jean-Pierre Delorme (mécano) pour leur professionnalisme ».

 

Hervé Bombrun