Franck Bonnamour a tenté. Le sociétaire de l’équipe de France engagée sur les routes du Tour de l’Avenir a pris le départ de la 3e étape, malgré une forte douleur à l’épaule, « mais il a été contraint à l’abandon tant il souffrait au bout d’une heure de course. La première heure en plus cinquante kilomètres ont été parcourus. On est triste de perdre Franck », souligne Pierre-Yves Chatelon qui a apprécié l’attitude du reste de ses troupes. « Une échappée s’est formée avec quatorze coureurs plutôt des costauds mais pas pour le classement général, sauf nous avec Aurélien Paret-Peintre ce qui a contraint les autres équipes à faire de gros efforts pour revenir sur ce groupe. Les Italiens, les Colombiens ont roulé car ils craignaient Aurélien. Tout est rentré à 15 bornes de l’arrivée, et à ce moment-là Victor Lafay ressort dans un groupe de cinq concurrents. Ils ont pris jusqu’à quarante secondes, mais cela ne s’est pas trop entendu devant. Mais il se fait reprendre à l’amorce de l’arrivée. Les gars sont en tout cas offensifs, ils n’ont pas encore trouvé l’ouverture mais ça va arriver. A noter aussi que Simon Sellier fait 7e de cette 3e étape. »

 

 

Hervé Bombrun