Annabelle Dreville et Séverine Éraud ont, comme leurs homologues masculins, buté face au vent lors de l’épreuve contre-la-montre des 1ers Jeux Européens de Bakou.

 

« Ce n’était pas un chrono pour nos filles, pour leur gabarit, déclare à France Cyclisme, Sandrine Guirronnet. Elles se sont battus avec leurs armes, Anabelle n’est pas trop loin en temps des filles qui se sont classées juste devant elles. C’est encourageant, car on sent qu’elle progresse dans la discipline. Séverine et Annabelle doivent de toute manière, si elles veulent progresser dans l’exercice du contre-la-montre, être à l’aise sur tout type de parcours. Là, le fait de courir ce chrono leur a permis de se mettre en condition, de se débloquer aussi avant l’épreuve en ligne. Cela a été pour elle un bon entraînement avant la course, cette expérience des « jeux » Européens est aussi pour elle une bonne chose, car Séverine et Annabelle ont pu voir ce qu’était une épreuve de ce type, avec de nombreuses nations Européennes au départ. »

 

Hervé Bombrun