Entraîneur national juniors femmes au sein de la DTN de la FFC, Julien Guiborel évoque les ambitions qu’il nourrit pour son groupe à l’occasion des Championnats du Monde route 2019, dans le Yorkshire.

 

France Cyclisme : Comment as-tu construit ta sélection ?

Julien Guiborel : « Je me suis appuyé sur les filles qui ont été régulièrement sélectionnées au sein de l’équipe de France sur les manches de la Coupe des Nations UCI juniors femmes, d’autant que cette année nous disposions d’une bonne ossature. Je me suis basé aussi par rapport au parcours, tout en tenant compte de la fraîcheur des filles en cette fin de saison. Léa Curinier s’est imposée sur le contre-la-montre du fait de son succès aux France, mais aussi sur le Tour de Charente-Maritime. J’avais sélectionné au départ Maëva Squiban pour disputer uniquement le chrono, malheureusement elle a chuté au lendemain du Championnat de France, à l’entraînement. Elle a eu une commotion cérébrale, et nous avons respecté le protocole lié à une telle blessure pour sa reprise. Nous avons pris la décision tous les deux de ne pas l’aligner. Maëva souhaitait du reste que ce soit une fille à 100% qui soit au départ du Championnat du Monde. Elle a été honnête, j’apprécie fortement. »

 

FC : Elle sera remplacée par qui ?

JG : « C’est Cédrine Kerbaol qui prend sa place, et qui a fait un beau chrono sur le Tour de Bretagne élite, mais aussi sur les Championnats de France de l’Avenir. Elle possède aussi un bel état de fraîcheur en cette fin de saison du fait de ses ennuis de santé qui ont tronqué son début d’année. Elle va doubler l’épreuve en ligne avec Léa Curinier, et elles seront accompagnées de Ysoline Corbineau qui a montré sur une arrivée en bosse aux France, qu’elle était très forte. Pareil sur des manches de Coupes de France avec des sprints en bosse, avec les élite femmes, elle était là. Je pense qu’elle peut passer dans le final dans le Yorkshire, et pourquoi pas tirer son épingle du jeu si cela se termine au sprint. Kristina Nenadovic a démontré lors des Championnats d’Europe qu’elle pouvait être présente sur le final des grandes compétitions. Elle sait frotter, se placer et peut aider l’équipe dans ce regsitre là. Amandine Fouquenet a montré à Beauvais sa force, c’est une valeur sûre et elle apporte de la sérénité au groupe, à l’équipe. Je lui accorde de nouveau ma confiance après les Europe.

 

FC : Quels seront les objectifs sur ce mondial ?

JG : « Le titre pour l’épreuve en ligne. Je pense que le Yorkshire n’est pas très sélective, même si le final est vallonné. Ce sera sans doute une épreuve tactique. Après l’interrogation se sera le contre-la-montre, les filles n’en ont disputé qu’un seul cette année au niveau international, sur une manche de la Coupe des Nations, et sur le Championnat d’Europe, sur un parcours qui était très typé, tout plat, alors que là c’est un tour de circuit de quatorze kilomètres, vallonné et technique. On part un dans l’inconnue. On vise un podium.

 

FC : Un stage est programmé ?

JG : « On va se servir de la dernière manche de la Coupe des Nations UCI juniors, aux Pays-Bas. Les filles seront en stage en début de semaine, puis elles enchaîneront sur cette course de trois jours. Il y a un chrono, et des parcours variés. C’est parfait pour préparer le Championnat du Monde 2019 ».

 

 

 

La sélection tricolore

 

Contre-la-montre

Léa Curinier (Auvergne-Rhône-Alpes), Cédrine Kerbaol (Bretagne)

 

Épreuve en ligne

Léa Curinier (Auvergne-Rhône-Alpes), Cédrine Kerbaol (Bretagne), Ysoline Corbineau (Pays-de-la-Loire), Amandine Fouquenet (Bretagne), Kristina Nenadovic (Ile-de-France).

 

Hervé Bombrun