Manager de l’équipe de France Élite femmes, Paul Brousse détaille son groupe pour le Championnat du Monde route 2019, ainsi que ses ambitions.

 

 

France Cyclisme : Comment as-tu construit ton groupe ?

Paul Brousse : « J’ai privilégié avant tout les filles qui avaient obtenu des résultats, ou qui avaient pesé sur les épreuves World-Tour cette année. Je me suis aussi basé pour effectuer ma sélection sur les caractéristiques et profil proposé par les organisateurs de ce mondial. Une coureure comme Roxane Fournier qui est la française ayant marqué le plus de points UCI, cette saison, n’apparaît pas sur la liste des titulaires, tout simplement, parce que le  tracé dessiné par les organisateurs Britanniques de ce mondial ne correspond pas à son profil de sprinteuse, le parcours sera très exigeant. Je me suis donc appuyée davantage sur des puncheuses-grimpeuses ».

 

FC : Une leadere sera-t-elle désignée, ou plusieurs filles pourront-être amenées à jouer leur carte ?

PB : « Je pense que sur les résultats que l’on a vu cette année, et les comportements qui ont été le leur de certaines de nos athlètes ces dernières semaines, on peut ressortir du lot, Aude Biannic, Audrey Cordon-Ragot et Eugénie Duval. Juliette Labous a également démontré de belles choses, mais peut-être pas sur le final des épreuves. Elle devra peut-être faire une course davantage en devançant un peu les choses. Celles qui peuvent jouer sur le final, si elles sont en grande forme et que toutes les planètes sont alignées, seront Aude, Audrey. Elles ont les moyens de jouer le final. Elles seront donc plus protégées pour la fin de ce Championnat du Monde ».

 

FC : Quels vont-être les ambitions affichées par l’équipe de France sur ce mondial ?

PB : « Il faut toujours se rendre sur une épreuve dans l’espoir de la remporter, ou de faire un podium. Après il faut garder les pieds sur terre, dans les douze ou treize premières du classement UCI, on retrouve huit concurrentes de l’équipe nationale de Hollande ! Cela veut dire que l’on a toujours ce bloc impressionnant en face de nous, il faudra donc devancer les coups, que les filles de l’équipe de France soient présentes dans les échappées. Si les néerlandaises placent vite un atout majeur devant, elles peuvent s’appuyer dessus, et nous, si on appartient à cette échappée, nous pourrons alors jouer une médaille. Nous ne possédons pas les cartes en main, c’est la Hollande qui les a. On l’a vu encore lors des Championnats d’Europe. Notre maître mot sera d’être attentif aux mouvements de course et d’être représenté toujours aux avant-postes. Reprendre les fondamentaux avec les échappées ».

 

FC : Allez-vous faire un stage de préparation ?

PB : « Non car les programmes sont variés pour chacune d’elles ».

 

FC : Peux-tu nous dire deux mots à propos de la sélection pour le relais mixte ?

PB : « Le choix s’est fait naturellement. Aude Biannic affectionne beaucoup cette épreuve, elle possède les qualités physiologiques pour briller sur cette compétition. Elle est très motivée. Séverine est Championne de France du chrono, elle aime le contre-la-montre par équipes, et en avril quand nous avons effectué un stage, et elle est venue voir ce que représentait cet effort à trois ce qui n’est habituel. Coralie aime cet effort qui s’apparente à celui de la poursuite par équipes, elle a tenu la baraque à Alkmaar lors des Championnats d’Europe. Je pense que nous disposons d’une belle équipe de relais mixte par équipes pour ce Championnat du Monde 2019 ».

 

La sélection tricolore

 

Contre-la-montre

Juliette Labous (Sunweb), Audrey Cordon-Ragot (Trek Segaferdo)

 

Epreuve en ligne

Séverine Éraud (Dolticini Van Eyck Sports), Aude Biannic (Movistar), Juliette Labous (Sunweb), Audrey Cordon-Ragot (Trek Segafredo), Eugénie Duval, Evita Muzic (FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope)

 

Relais mixte

Coralie Demay (FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope), Aude Biannic (Movistar), Séverine Éraud (Dolticini Van Eyck Sports)

 

Hervé Bombrun