Route – Équipe de France – Championnats d’Europe – Glasgow – Épreuve en ligne – Élite femmes

Route – Équipe de France – Championnats d’Europe – Glasgow – Épreuve en ligne – Élite femmes

Drôle de stratégie des Hollandaises ! Nation phare du cyclisme féminin, les Pays-Bas ont livré la parfaite copie de ce qu’il ne fallait pas faire en cyclisme, sur le parcours urbain, des Championnats d’Europe 2018, à Glasgow. Les huit filles Néerlandaises, toutes leaders en puissance, se sont marchés dessus, roulés dessus est le terme le plus approprié dans le final de cet « Euro » au tracé dans Glasgow Green a donné le tournis avec sa multitude de virages, angles droits, pavés, et cette arrivée étroite à souhait.

 

Van Der Breggen aurait pu espérer étoffer sa collection d’un paletot de plus, sauf qu’elle devant, ce sont ses petites copines qui ont ramené tout le peloton… et de fait favorisé la victoire de l’Italienne Bastianelli devant un peloton amaigri qui était resté toutefois compact. « La course a été très dure, et cela a roulé très vite dès le départ. Il fallait passer à l’offensive du fait que nous n’avions pas de sprinteuse avec nous (NDLR : Roxane Fournier qui a chuté la semaine dernière sur la Ride London a dû déclarer forfait). On a fait ce que l’on devait faire, et nous n’avons pas de regrets. Mais cela a été difficile d’analyser la course des Hollandaises », indiquait la Championne de France 2018, 18ede cette épreuve.

La France a joué crânement sa chance, sans se poser de questions sur cette épreuve, à l’image de l’offensive dans le final de Audrey Cordon-Ragot, en finisseuse. « J’y ai cru quand je place mon attaque, car je n’avais pas de l’idée de l’écart des filles de devant. Quand je les ai vus dans les tout derniers virages, je me suis dit : « allez, il faut donner tout ce que tu as. » Nous n’avons aucune chance au sprint. C’était notre seul moyen d’exister, en jouant cette carte de l’offensive. Il fallait tenter, elles auraient pu se regarder derrière et je sais que je dispose d’une bonne résistance sur une distance comme celui-ci. Comme l’a dit Aude, nous n’avons rien à regretter. Nous avons fait la course parfaite, nous nous sommes battues avec nos armes, le couteau entre les dents et jusqu’au bout. C’est ce qu’il faut retenir. Nous avons couru en équipe, et on peut-être fiers de nous ».

 

Hervé Bombrun

Crédit photo FFC – Patrick Pichon