Entraîneur national des juniors hommes route au sein de la DTN de la FFC, Julien Thollet

Entraîneur national des juniors hommes route au sein de la DTN de la FFC, Julien Thollet

Entraîneur national des juniors hommes route au sein de la DTN de la FFC, Julien Thollet dresse le bilan tricolore sur ce championnat du Monde du contre-la-montre 2018.

 

France Cyclisme : Ton avis sur ce Championnat du Monde du contre-la-montre juniors hommes, et sur la prestation de nos coureurs ?

Julien Thollet : « Mon avis est plutôt positif. J’ai suivi Kévin Vauquelin.  Il a réalisé un beau chrono, sans partir trop prudemment, il est parvenu par la suite à réaliser un gros final, limitant ainsi les écarts avec pas mal de ses adversaires sur la deuxième partie de course. Il avait de la ressource sur cette portion là de la compétition, et c’est bien. Il a également démontré de belles qualités de position sur son vélo, dans sa manière de prendre ses trajectoires, et de gérer son effort ».

 

FC : De belles perspectives donc en vue du futur ?

JT : « Oui, car il est junior première année, et c’est plutôt encourageant pour lui en vue de la suite. J’espère qu’il va continuer à s’investir dans le contre-la-montre. Le positif par rapport à Kevin c’est également cette optimisation parfaite de sa saison entre la route et la piste cette année. Kévin est membre du Pôle Jeunes endurance piste et contre-la-montre de Bourges, et sa saison a été parfaitement bien gérée entre les deux disciplines. Il a participé aux Championnats du Monde piste endurance et à ceux du contre-la-montre cette année. Je tiens d’ailleurs à remercier mes collègues entraîneurs nationaux de la piste endurance qui ont su aménager sa planification de saison ».

 

FC : Et pour Antoine Devanne ?

JT : « On va dire que la hiérarchie établie à l’occasion des Championnats de France juniors du contre-la-montre à Plougastel-Daoulas, au mois d’août dernier a été respectée. Antoine m’a dit juste après la course avoir ressenti durant celle-ci un point de côté alors qu’il n’est pas sujet à cela habituellement, cela démontre que le Championnat du Monde reste un événement particulier. On connaissait avant cette épreuve notre place parmi la hiérarchie mondiale en chrono. Je pense qu’au final, la France est à sa place ».

 

 

Hervé Bombrun

Crédit photo – FFC Patrick  Pichon