Route – Équipe de France – Championnat du Monde – Innsbruck – Contre-la-montre – Elite femmes – Juliette Labous

Route – Équipe de France – Championnat du Monde – Innsbruck – Contre-la-montre – Elite femmes – Juliette Labous

Juliette Labous ne fait pas de bruit, mais franchit paliers après paliers les étapes internationales. La Championne de France du contre-la-montre Espoirs 2018 a en effet disputé cette année avec les « grandes » les Championnats d’Europe à Glasgow et Innsbruck du chrono. Et en Autriche, elle était plutôt satisfaite de sa course. « J’avais de très bonnes sensations, et j’ai réussi à conserver de manière linéaire la puissance que je voulais atteindre. J’avais un tableau de marche que je suis parvenue à respecter, expliquait la représentante du Team Sunweb. Mes jambes étaient bonnes, et tout était calé. Je pense de surcroit réaliser l’un de mes records de puissance sur un chrono c’est donc la preuve que j’étais bien physiquement. J’espère un top 15, mais je n’aurais pas de regrets si je ne l’obtiens pas, car j’ai réalisé le chrono que je voulais (NDLR: La Franc-Comtoise se classe au final treizième). Je suis contente de moi. Être sélectionnée en Équipe de France est aussi toujours un grand honneur pour moi, car je représente aussi « l’armée des Champions » sur ces grands rendez-vous. Cela fait plaisir de porter les couleurs de notre pays, et ici c’est le jour et la nuit par rapport à Glasgow. Je me suis vraiment fait plaisir sur ce chrono. On ne peut pas toujours dire cela ».

Un exercice contre-la-montre « irisé » qu’elle a bouclé à une grosse moyenne. « C’est là encore une première pour moi, soufflait-elle. Je fais au maximum quarante-trois de moyenne généralement, là ça fait quarante-sept. J’ai essayé de faire les plus gros efforts dans les bosses. Tout a été bien. J’ai en effet vraiment bien pu préparer ce chrono, en effectuant un stage personnel en montagne avec mon copain, puis j’ai enchaîné sur un deuxième stage avec l’équipe de France au Centre National du Cyclisme à Saint Quentin-en-Yvelines. On avait fait un test chrono dans les Yvelines, puis le chrono de Tauxigny ». Un exercice chronométré qui est une discipline travaillée ardemment au sein de son équipe, Sunweb. Le contre-la-montre faisant partie de la culture de cette formation. « C’est une discipline très importante au sein de notre équipe, dit encore Juliette. Les Hollandaises sont de grandes spécialistes du contre-la-montre. C’est tout au millimètre chez eux tant en ce qui concerne le protocole d’échauffement, que la préparation avant le chrono. Ici, par exemple, j’avais la chance d’avoir mon entraîneur présent sur ce Championnat du Monde. C’est motivant pour moi, et mon équipe est vraiment à fond dans le chrono ». Et cela tombe bien parce que cette discipline, Juliette l’adore tout simplement. « On sent que le niveau progresse en France, il y a une saine rivalité qui s’instaure entre Audrey et moi, elle me pousse et je la pousse à faire mieux. On échange aussi beaucoup quand on est en équipe de France. » Leur but commun étant de continuer l’une et l’autre à progresser au sein de la hiérarchie internationale.

 

 

Hervé Bombrun

Crédit photo FFC – Patrick Pichon

 

2018 Contre-la-montre individuel Femmes Elite