Route – Équipe de France – Championnat du Monde – Contre-la-montre – Innsbruck – Espoirs hommes – Alexys Brunel

Route – Équipe de France – Championnat du Monde – Contre-la-montre – Innsbruck – Espoirs hommes – Alexys Brunel

Dix-huitième des Championnats du Monde de contre-la-montre Espoirs hommes, Alexys Brunel, Champion de France de la discipline en titre, a donné tout ce qu’il pouvait sur les routes d’Innsbruck. « C’est simple, souriait le Nordiste du CC Etupes le Doubs Pays de Montbéliard, je ne pouvais pas aller plus vite. En regardant  les watts que je m’ai sur ce parcours, je ne pouvais pas, franchement, en mettre beaucoup plus ». Soulignant s’être senti tout de suite bien, Alexys Brunel estime avoir « été d’entrée dans sa course, dès le matin, je me suis senti très tôt dès que je suis allé faire mon réveil musculaire en compagnie de Pierre-Yves Chatelon, entraîneur national des Espoirs hommes à la Fédération Française de Cyclisme. J’ai bien géré mon chrono cet après-midi, et j’ai fait ce que j’ai pu. » Alexys dresse d’ailleurs un constat à date. « Juste aujourd’hui, je ne pouvais pas aller plus vite », assène-t-il une nouvelle fois. « Le parcours me convenait, c’est le genre de tracé que j’apprécie. Il fallait tout mettre sur les portions plates. J’avais beaucoup de force, je me suis senti très bien, les watts déroulaient. J’ai réussi à mettre le bon braquet lors de la descente afin de ne plus pédaler et pouvoir récupérer un peu. J’ai été propre en trajectoire d’après mon ressenti ».

Alexys Brunel qui passera professionnel en 2019 au sein de l’équipe Groupama-FDJ continentale, espère l’an prochain rééditer cette expérience. « Oui, j’en ai envie, soufflait-il, évidemment. Cela reste un Championnat du Monde du contre-la-montre, et même si je vais passer professionnel l’an prochain,être sacré Champion du Monde chez les Espoirs tout en étant pro cela reste forcément beau. C’est un titre qui fait toujours rêver, après on verra si la sélection me permet d’être présent dans le Yorkshire, et si je peux améliorer mes temps. Je vais voir, et je vais continuer à travailler avec mon entraîneur Nicolas Boisson, dans ce sens-là, et si bien sûr Pierre-Yves souhaite  lui aussi me sélectionner pour cette compétition. »

 

 

Hervé Bombrun

Crédit photo FFC – Patrick Pichon

 

2018 Contre-la-montre individuel Hommes U23