Mickaël Guichard file vers la victoire sur Nantes-Segré, première manche de la Coupe de France de DN1
Photo: Freddy Guérin- Direct Vélo

Auteur d’un excellent début de saison, Mickaël Guichard s’est adjugé la première manche de Coupe de France de DN1 2019, Nantes-Segré, interview.

 

France Cyclisme : Quel impact à ce succès pour vous, Mickaël ?

Mickaël Guichard : « C’est une bonne chose. C’est en quelque sorte la récompense de tout le travail les années précédentes, et qui se concrétise. La Coupe de France de DN1 c’est une compétition représentative, ses manches font partie des plus belles courses du calendrier amateur, à gagner. C’est super de gagner Nantes-Segré, c’est un objectif pour tous les coureurs de DN1, ce sont vraiment des épreuves à gagner comme les belles classiques qui agrémentent aussi le calendrier des amateurs ».

 

FC : Comme Bordeaux-Saintes, par exemple…

MG : « Oui, comme Bordeaux-Saintes, mais on peut aussi placer dans cette liste, Manche-Atlantique, Annemasse-Bellegarde et retour. En gagner une comme Bordeaux-Saintes, c’est aussi une très belle ligne sur mon palmarès ».

 

FC : Pro Immo Nicolas Roux est aussi en tête de la Coupe de France de DN1, ce trophée va-t-il être un objectif collectif pour vous et vos coéquipiers, aussi ?

MG : « L’objectif de premier est de gagner des manches. C’est surtout la ligne à suivre, après le classement général par équipes, ira avec. L’objectif du club est de gagner des manches, plutôt que de se focaliser sur le classement général et de se neutraliser en course avec nos adversaires. C’est en tous les cas notre philosophie pour cette saison ».

 

FC : Quels vont-être désormais vos objectifs, Mickaël ?

MG : « Paris-Mantes, la prochaine de Coupe de France, déjà. C’est une épreuve qui lorsqu’elle était en classe 2, m’a toujours assez bien réussie. Après cela va peut-être se courir différemment des autres années du fait qu’elle est désormais inscrite au calendrier de la Coupe de France de DN1. On verra bien. Il y aura aussi le Tour du Loir-et-Cher, l’Eure et Loire et les manches de Coupe de France, sans oublier le Championnat de France amateurs qui aura lieu fin juin, à la Haie-Fouassière.

 

FC : Le fait de travailler la semaine, c’est en quelque sorte pour vous, le moyen de vous évader du cyclisme…

MG : « Je pense à autre chose qu’au cyclisme. Cela me permet de voir autre chose, de me couper du monde du vélo. Ce sont deux activités bien distinctes. Je travaille durant la semaine, et le week-end je suis en course. Ussel n’est pas vraiment une région de vélo, c’est plus une terre de rugby, mais il y a toutefois deux ou trois connaissances qui passe devant le magasin de lunettes où je travaille, et qui viennent me féliciter. C’est de l’ordre de quatre à cinq personnes par semaine ».

 

 

Hervé Bombrun