La première étape du Energiewtach Tour, aux Pays-Bas, un circuit de 23 kilomètres à effectuer à quatre reprises a vu la victoire de la néerlandaise Kirsten Wild (Giant Shimano). « Le départ était très nerveux, indique Julien Guiborel, qui dirigeait l’équipe de France élites dames lors de cette première joute, car il y avait beaucoup de vent et les routes étaient propices aux bordures. » Ce qui n’a pas manqué d’arriver avec un peloton fort de 179 concurrentes et un début de course également émaillé par de nombreuses chutes. « La première bordure, ajoute Julien Guiborel, s’est formée au bout de huit kilomètres sur ces petites routes exposées au vent. Elle a été provoquée par les équipes Boels Dolmans, Orica et Rabobank. Vingt cinq filles se sont propulsées à l’avant de la course. Il n’y avait pas de françaises dans ce groupe. Eugénie Duval, pourtant bien placée, était juste derrière dans un deuxième groupe, et il y avait ensuite Roxane Fournier, Alna Burato dans un troisième groupe. » La bagarre fut intense. « Le groupe d’Eugénie Duval a été repris, explique le technicien de la Fédération Française de Cyclisme. Roxane est sortie avec un groupe d’une quinzaine de filles au deuxième tour, et elles sont rentrées sur la tête au prix d’un bel effort. L’écart au passage suivant est monté jusqu’à une minute et trente secondes ». La jonction Aurore Verhoevnen ne pourra pas la faire, quant à elle, victime d’une chute à mi-course. Mais passée la minute, l’écart en tête n’a jamais pu croitre par le double effet de la poursuite menée par Rusvélo et d’une mauvaise entente au sein du groupe de tête (40 concurrentes environ), le peloton se reforme lors de l’ultime révolution. « Le final a été hyper rapide, avec vent favorable, note encore Julien Guiborel. Roxane Fournier se classe dixième. Eugénie Duval était bien placée mais elle est prise dans une chute collective, dans le dernier kilomètre, sans gravité toutefois. Alna Burato termine également dans ce groupe. » Leur classement est respectivement 42ème et 73ème.Hervé Bombrun