Manon Souyris a retrouvé le chemin du succès, et en prime lors de la première manche de la Coupe de France dames « Drag bicycles » de la saison 2015, le Grand Prix de Chambéry.

 

« C’est un peu une revanche pour moi, dit-elle à France Cyclisme, car cela faisait trois ans que je n’avais pas trop de résultats, et là cela semble revenir. 

 

C’est la toute première victoire en Coupe de France de ma carrière, l’an passé, en effet j’avais terminé deuxième à Mont Pujols. » Un succès acquis en Savoie au sprint, au sommet d’une bosse. « J’aime bien les arrivées de ce type, détaille Manon. L’an passé à Mont Pujols, toujours, je règle le sprint du peloton en haut d’une bosse pour la deuxième place. » L’an passé, c’était en 2014, donc, et elle arborait le maillot de Poitou-Charentes Futuroscope 86, alors que cette année elle « roule » pour la DN du Languedoc-Roussillon.

 

« Je n’ai pas changé trop de choses, mis à part le fait que j’ai quitté l’équipe de la Vienne, dit-elle. J’ai fait un peu de cyclo-cross cet hiver, mais je ne sais pas si cela a influé sur mon début de saison, et permis de décrocher cette victoire. Une chose est certaine, maintenant, que je suis en tête de la Coupe de France, je vais essayer de défendre cette position. Je sais que beaucoup d’équipes veulent gagner ce trophée, mais on va essayer de défendre cette place avec la DN de Languedoc-Roussillon. On est une petite structure, avec pas beaucoup de moyen, on fait avec ce que l’on a, mais nous avons beaucoup d’envie. »

 

Manon en possède aussi à titre individuel, « Mes objectifs, explique-t-elle encore à France Cyclisme, cette année sont, je l’ai déjà dit, la Coupe de France Dames, le championnat de France, et après j’aimerais bien faire de bons résultats au niveau international. Être sélectionnée en Équipe de France dames, faire des coupes du Monde et disputer les championnats d’Europe Espoirs, car c’est ma toute dernière année dans cette catégorie. » Une saison importante donc au niveau sportif, et qu’elle va encore conjugué avec ses études d’ingénieur.

 

« Je suis à l’INSA de Toulouse, en quatrième année, et je me destine à travailler dans le génie civil. Il me reste encore deux ans et demi d’études à valider. » Briller en cours, et briller sur le vélo sont les deux motivations de Manon Souyris… qui parvient en plus à le faire avec brio sur les deux tableaux ! Chapeau…

 

 

Hervé Bombrun