Hugo, que représente ton succès sur le classement général de la Coupe de France professionnelle ?

Hugo Hofstetter : « J’avais remporté le titre de Champion de France chez les Espoirs, et ce succès obtenu au terme de ma troisième chez les professionnels confirme cette victoire que j’avais acquise en 2015. Je pense aussi avoir passé un cap cette saison. Ce succès représente pas mal de choses pour moi. Je tiens d’ailleurs à remercier Cofidis, le staff de l’équipe, mon entraîneur Jacques Decrion, lequel s’investit beaucoup pour moi en me faisant faire notamment une à deux fois par semaines des séances de scooter chez moi ».

 

FC : L’an prochain, aimerais-tu disputer un Grand Tour ?

HH : « Oui. Cette année le fait de jouer le classement général de la Coupe de France ne m’a pas permis de disputer le Tour d’Espagne.  Je me suis consacré à ce trophée, et avec l’équipe nous avons fait le choix de ne louper aucune des manches qui se déroulaient en même temps que la Vuelta. Maintenant, j’aimerais bien disputer un Grand Tour en 2019 ce qui me permettrait sans nul doute de passer un nouveau palier ».

 

FC : Le classement de l’Europe Tour est très important, tu y pensais en début de saison ?

HH : « C’est un sacré classement quand on voit les noms de coureurs qui l’ont inscrit à leur palmarès. Il faut pour pouvoir le faire avoir sa chance au sein des équipes afin de pouvoir le jouer, ne pas être bien uniquement sur le plan physique. L’équipe doit accorder du crédit à son coureur afin qu’il puisse bien figurer au classement Europe Tour, et lui permettre d’avoir le programme de course en adéquation avec cet objectif qui se tissé au fil de la saison. C’est exactement ce qui s’est passé avec moi puisqu’en début de saison j’étais sur un troisième front, Nacer Bouhanni et Christophe Laporte étant eux aussi sur deux fronts distincts. J’ai pu jouer ma carte personnelle, et puis, par la suite, j’ai bifurqué sur les manches de Coupe de France. Ce classement s’est fait petit à petit avec les bonnes places, les podiums que j’ai réussis à faire sur les courses. J’ai engrangé de plus en plus de points ce qui a fait que je me suis pris au jeu au fil des compétitions. Si je peux le gagner samedi prochain, ce serait la cerise sur le gâteau de ma saison ».

 

FC : Si malgré tout tu finissais deuxième de l’Europe Tour, serait-ce malgré tout pour toi, une belle satisfaction ?

HH : « Je me connais, ma première impression cela sera forcément de la déception. Me satisfaire de terminer deuxième ce n’est pas moi. Dès que je ne finis premier, cela m’énerve. Je suis dégoûté. Après peut-être qu’en relativisant, et en laissant passer un peu temps, je pourrais peut-être me satisfaire de la deuxième place. Mais je ne suis pas dans cette dynamique. C’est sûr que mon but en début de saison c’était surtout de gagner une course, je ne pensais pas forcément à la victoire sur la Coupe de France et à la première place sur le classement Europe Tour. Mais maintenant… ».