Alexandre Paccalet a trouvé le chemin de la victoire ce week-end à l’occasion de la classique Bordeaux-Saintes. Le coureur du Team Vulco Vaulx-en-Velin qui a débuté le cyclisme en pré-licencié à Charvieu-Chavagnieu, puis a porté les couleurs de Seyssinet-Seyssins, puis de Vaulx-en-Velin, est aussi mis à part ses belles qualités de cycliste, un élève brillant. « Je suis en master en neurosciences, dit-il à France Cyclisme. Je veux devenir chercheur en neuropsychologie dans labo, étudier la physiologie du cerveau. Il me reste encore un an d’études ».

 

Brillant donc le Lyonnais qui a passé un palier intéressant cette année. « J’en franchis un chaque année, rappelle-t-il. Là en plus j’ai passé un bon hiver, et à côté de cela trouvé un équilibre par le biais de la fac, fait des connaissances qui me sortent de l’univers du cyclisme, cela m’a permis cet hiver de mettre moins la pression avec mon sport. J’avais d’autres choses à penser durant la semaine qu’au cyclisme. Je suis donc arrivé plus détendu en début d’année sur les courses ». Un état d’esprit qui s’est mesuré de suite avec de bons résultats. « J’ai aussi passé une semaine dans le Sud avec Jérôme Cousin, et nous avons effectué là-bas un bon bloc de travail. »

 

Autre facteur déterminant : son rôle désormais au sein de son club, le Team Vulco Vaulx-en-Velin. « Je suis le plus âgé du groupe et j’ai été propulsé capitaine de route, cela me donne plus de responsabilité. » Qu’il a su prendre comme le démontre sa belle démonstration à Bordeaux-Saintes. « Cette victoire est une délivrance, maintenant j’espère que cela suivi d’autres belles performances », ajoute le compagnon d’entraînement de Clément Venturini, son grand copain, de Jérôme Cousin, Hubert Dupont, Jean-Christophe Péraud, et parfois même Fumy Beppu.

 

« Maintenant cette semaine, il y a la deuxième manche de la Coupe de France « Look » de DN1, le Grand Prix de Bruxerolles, et si je peux terminer parmi les 10ers, ce serait pas mal. J’ai aussi un autre petit rêve qui serait de passer professionnel, mais si je n’y arrive pas je n’en ferai pas une maladie. Je n’aurai pas raté ma vie si je ne passe pas pro, même si le challenge me tente forcément. J’ai réussi l’école, j’ai quelque chose à côté pour mon avenir. » Des paroles pleines de sens…

 

 

Hervé Bombrun