Maëlle Grossetête se rendra ce week-end sur le Grand Prix Femin’Ain d’Izernore, manche de la Coupe de France « Drag Bicycles », en qualité de leader de cette épreuve. Un statut que la sociétaire de la DN BioFrais a acquis à l’issue du Tour de Gironde. « La semaine d’avant nous étions en stage avec l’équipe de France dames à Saint Quentin-en-Yvelines. On a travaillé le contre-la-montre, les rituels à mettre en place. C’était le bon moyen de se remettre dans le bain de cette discipline avant le contre-la-montre du Tour de Gironde. Un bon rappel, tout simplement. ».

 

Lauréate de l’épreuve en ligne sur cette 3e manche de la Coupe de France « Drag Bicycles », Maëlle Grossetête a vécu ce succès comme un « soulagement, explique-t-elle, car je n’avais encore jamais gagné en élite au niveau-national. J’avais juste remporté deux épreuves régionales. Cela récompense le travail effectué en amont, mais aussi la DN BioFrais, nos sponsors ».

 

Une victoire dédiée également à Mathilde Favre. « J’avais déjà gagné une course régionale trois jours après l’annonce de son arrêt de carrière. Je voulais lui dédier cette victoire, pareil aussi un peu pour le Tour de Gironde car ce format d’épreuves lui aurait plu avec un chrono au programme ». Installée dans le fauteuil de leader de la Coupe de France, à l’issue du Tour de Gironde, Maëlle Grossetête va prendre « les courses les unes après les autres sans nourrir de regrets, dit-elle. Il va falloir attendre l’été pour faire un point, car il reste encore de nombreuses de manches à disputer. On verra au fil des courses comment se présentent les choses pour moi. Je n’ai pas d’objectifs précis, mon but cette année était de franchir un cap au niveau national, sur les manches de Coupes de France. Je voulais progresser aussi davantage sur le plan tactique, avant je faisais un peu trop d’efforts pendant la course et j’étais juste dans le final. Mon but désormais est de décrocher une sélection en Équipe de France afin d’évaluer le niveau international ».

 

Une expérience qu’elle possède déjà en cyclo-cross, mais quid de cette discipline. La pratiquera-t-elle cet hiver ? «Ça c’est la bonne question, rétorque Maëlle.  Je n’arrive pas à me déterminer pour le moment. Je me concentre pour l’instant sur la route. Je ferai le point en fin de saison, et prendrai une décision quant au cyclo-cross, ou si je fais un autre choix à ce moment-là »…

 

Hervé Bombrun