Mais quand la proposition de Cofidis lui est parvenue, le choix du cœur a parlé et l’esprit du Nord a pris le dessus.

 

Un bon choix pour l’équipe continentale française car Florian Sénéchal, ancien vainqueur de Paris-Roubaix juniors, a pris ses marques sur les semi-classiques Belges dès cette année. Il a en effet terminé dix-neuvième du Het Niewsblad, sacrée performance pour un néo-pro !

 

« Je finis pas loin de la tête, , confie-t-il à ffc.fr dépêches La France Cycliste. Je suis très satisfait, il me manque encore un petit truc au niveau du placement, mais j’ai appris de mes erreurs, j’ai vu des choses à ce niveau en visionnant la course à la télé le lendemain. Mais être aux côtés de coureurs comme Boonen sur les routes Belges, cela donne des frissons, car ce sont les flahutes qui étaient devant. Sylvain Chavanel d’ailleurs quand il m’a vu en course à ses côtés, s’est retourné vers moi et m’a dit : « Mais tu es encore là, toi, sur une course de guerrier comme ça ! » Cela m’a fait plaisir, car ces coureurs avant je les voyais à la télé, car n’oublions pas qu’il y a trois ansde cela j’étais encore juniors ! »

 

Le temps passe vite pour Florian Sénéchal qui va découvrir toute la série des classiques Flandriennes, avec en particulier celles qui le font le plus fantasmer, Paris-Roubaix, chez lui, « la plus grande de toute », et le Tour des Flandres, «celle qui génère une ambiance à nulle autre pareille », « deux courses, ajoute-t-il, qui me font rêver. Des courses de spécialistes, dont j’espère un jour faire partie. »

 

Mais son tableau de chasse pourrait s’élargir, car depuis le début de saison, le coureur Nordiste s’est trouvé un nouveau domaine de compétence : les chronos. «J’ai eu un problème au Tour d’Algarve sur le chrono, mon guidon était desserré, mais je trouvais néanmoins, que j’avais de la force. Toutefois, je ne pensais pas faire quelque chose. Quand ma mère m’a envoyé pour me dire que j’avais fait 13ème, j’étais surpris ! Cela fait drôle de réussir un chrono comme cela, de terminer à quelques secondes d’un coureur comme Tony Martin, là encore, je me suis dit qu’il y avait peut-être un truc à faire dans les chronos, que cela valait sans doute le coup de les préparer. J’ai donc fait quelques sorties avant les 3 jours des Flandres Occidentales, j’ai travaillé dessus, essayé encore d’améliorer ma position, et je fais encore treizième du chrono sur cette épreuve. Donc on verra par la suite, mais c’est aussi une voie à explorer sans doute. »

 

Hervé Bombrun