Championnats du Monde – Bergen – Épreuve en ligne – Élite femmes – Audrey Cordon 

Championnats du Monde – Bergen – Épreuve en ligne – Élite femmes – Audrey Cordon

« Il ne nous a pas manqué grand-chose, nous avons fait preuve en tous les cas d’une belle force collective ».

 

Jean-Charles Romagny en charge de l’équipe de France élite femmes sur ce Championnats du Monde route 2017, à Bergen, a résumé en deux phrases le sentiment collectif. La France a fait une belle course en Norvège, mais la 39e place de Audrey Cordon à l’arrivée laisse forcément des regrets, alors qu’à un tour de l’arrivée elle jouait à minima la médaille et que pareil scénario était encore envisageable encore à quelques centaines de mètres de l’arrivée ! 

 

« Je ne nourris aucuns regrets, déclarait-elle à l’arrivée. Aucun vraiment, mais juste un sentiment de frustration ! Nous avons couru comme il le fallait, et le vélo réclame aussi une part de réussite, et moi j’ai souvent peu de chance. Il faudrait peut-être que je signe à l’avenir à la FDJ ou chez Lotto-Soudal afin d’en avoir davantage ! »

 

Seule face à trois Hollandaises dans le dernier tour, Audrey comme les autres filles qui composaient le groupe de tête ont cédé face à la tenaille « orange », et l’attaque de Chantale Blaak.

 

« Je pensais malgré cela jouer le podium, car je sais que je vais vite au sprint, mais quand une grande partie du peloton est revenu sur nous, j’ai tenté de relancer…. Mais en vain ! La tête a lâché, les crampes arrivent, et c’est terminé… et j’ai fait avec ce qui me restait. J’espère maintenant que ça finira à me sourire avant la fin de ma carrière. Quand on était trois devant, je pense que j’étais la plus forte. Je montais toutes les bosses à fond, et elles ne passaient plus… Quand on est repris je me fais la peau pour basculer avec le groupe, mais lorsque j’ai vu qu’avec nous il y avait trois hollandaises, je me suis dit, là pour le titre c’est foutu, elles vont attaquer à tour de rôle ». Ce qui a été le cas, avec le coup gagnant pour Blaak. « Quand elle attaque, je me dis que les autres qui sont revenues sont plus fraiches que moi, et que c’est à elle de faire l’effort. Et elles le laissent partir, et me regardent pour rouler. Quand je vois prend du champ, je roule, mais l’Australienne ne passe pas, et au bout du compte c’est à celle qui en fait le moins, qui regarde les autres et au final tout le monde est rentré sur nous ». Un épilogue qu’a maudit pendant de longues minutes la Bretonne.

 

« C’est juste dommage. J’ai cru jusqu’au bout au podium pour ma part, et j’espérais que Pauline revienne. Si on avait été deux françaises dans le final, cela aurait été festival. On aurait atomisé tout le monde. On va toutes les deux vite, attaqué à tour de rôle, et si cela n’avait pas fonctionné on se serait emmenée l’une ou l’autre ». Déçue après avoir rêvé d’une première marche mondiale, Audrey Cordon-Ragot espère « maintenant que d’autres occasions de ce type se représenteront pour moi. On a montré que la France était un gros collectif sur ce Mondial, cela fait longtemps que cela n’avait pas été le cas comme cela. Nos intentions étaient affirmées et claires dès le départ : on venait pour jouer la gagne, et chacune d’entre nous avait sa carte à jouer. On l’a fait. Cela n’a pas rigolé, cela va le faire. Il reste trois ans avant Tokyo, et là-bas nous aurons une Championne Olympique Française ! »

 

 

Hervé Bombrun

crédit photo FFC – Patrick Pichon

 

Course en ligne Femmes Elite