Transie de froid, Juliette Labous n’a pas encore pris le temps de savourer sa victoire aux championnats de France, quelques minutes après son arrivée conquérante sur les routes détrempées de Saint-Omer. Il faut dire qu’en l’espace de quelques heures le beau soleil estival a été chassé par une pluie froide et hivernale qui a décimé le peloton minimes-cadettes en lice pour le titre de Championne de France. Installée très vite en tête de course en compagnie de Maëlle Grossetête, la championne de France de cyclo-cross, la jeune Franc-Comtoise a su répondre à chacune de ses attaques, et aussi éviter les chutes qui ont écarté de la course au maillot tricolore, Évita Muzic (Frc) et Pauline Clouard (Nor) sur chute toutes les deux.
« J’aime la pluie, mais il fallait être très attentive, mentionnait dans le Pas de Calais, Labous. J’avais travaillé plusieurs scénarii avec différents types d’arrivée possible ici pour la victoire, y compris le sprint. » Bien lui en a pris, car c’est ainsi qu’elle a obtenu le tout premier titre de championne de France de sa carrière, empêchant de la sorte Maëlle Grossetête de réaliser le doublé route et cyclo-cross cette année. « J’ai essayé de faire craquer Juliette avant l’échéance du sprint, disait la demoiselle de Haute-Savoie, car avant ces championnats de France nous étions à égalité parfaite au sprint, deux victoires chacune. » Depuis, c’est Juliette Labous qui a pris l’avantage avec trois succès contre deux ! « Mais j’ai fait tout mon possible de toute manière », soufflait Grossetête. Quatrième de cette course, Clara Copponi, championne de France sortante, n’a pu accrocher le podium, elle a en effet plié face au déboulé final de Pauline Clouard. « La piste m’a fait du bien en matière de sprint sur la route, insistait cette dernière. J’étais devant en début de course, mais je suis tombé deux fois. J’ai eu un souci avec ma roue arrière qui était voilée, et il a fallu que je desserre ma mâchoire de frein afin que cela ne frotte plus. Cela me brûlait de partout dans le final, ma roue arrière ne répondait plus, mais j’ai tout donné pour battre Clara et aller faire trois. » Une médaille de guerrière, car cette épreuve a salué le courage et la ténacité de toutes les minimes-cadettes engagées sur ces France 2014 qui ont su faire honneur jusqu’au bout à leur sport malgré des conditions météos épouvantables…

Hervé Bombrun
@Lafrancecycliste