Coureur du club de l’Armée de Terre, Bruno Armirail a comme l’avait fait Yann Guyot lors des France route amateurs à Poitiers fin juin, « levé les couleurs ,» à Saint-Omer dans le cadre des championnats de France Espoirs contre-la-montre. Deuxième l’an passé, un peu à la surprise générale sans lui faire injure, le coureur de David Lima Da Costa a cette année assumé pleinement son rôle de favori. « En 2013, je me suis demandé si j’allais avoir une autre chance d’être sacré champion de France, mais paradoxalement ici, je n’ai pas ressenti la pression, indiquait Bruno. J’ai pris cette course comme une autre. Je n’étais pas attendu l’an passé, alors que cette année j’étais un peu plus dans la liste des favoris, mais je n’étais pas le seul à pouvoir prétendre à un tel statut. Attention, j’ai tout fait pour réussir, mais si je n’y étais pas parvenu cela n’aurait pas été grave. Je ne voulais surtout pas me mettre la pression. » Rester hermétique à l’extérieur pour mieux supporter celle qu’il s’est mis sans doute tout seul pour aller décrocher le tout premier titre de champion de France de sa jeune carrière, « mais il est évident aussi que ce titre de champion de France était l’objectif de l’année 2014, maintenant j’aimerais bien marcher aussi sur les épreuves sur route. » Cela tombe bien se profile samedi prochain les championnats de France Espoirs, et comme en ce moment l’Armée de Terre marche sur l’eau qui sait ? « On sera sept coureurs de l’équipe, déclarait encore Bruno Armirail qui portait les couleurs du comité d’Ile de France dans le Nord Pas de Calais, à courir cette épreuve dimanche. Alors pourquoi pas essayer de ramener un troisième maillot tricolore cette année au club, sans vouloir paraître trop gourmand. »
Gourmandise ou pas, il y a aura de toute façon de la concurrence sur la route dimanche avec pour commencer, Nans Peters, l’homme en forme du moment, deuxième de la finale de la Coupe de France de DN1, au Ponthou… et qui a réussi un superbe chrono à Saint-Omer, ponctué d’une belle médaille de bronze. « Je suis en forme actuellement, ce qui explique que je marche sur le chrono, analysait-il. J’avais un peu préparé ce chrono avant de venir ici, histoire de ne pas débarquer en « touriste ». La période de juin à août est celle que j’affectionne le plus. Les bons résultats obtenus ces derniers temps me mettent en confiance. Une chose est certaine, le circuit de dimanche sera usant. » Indication intéressante qui n’a pas échappée à Rémi Cavagna, médaillé de bronze l’an passé aux championnats d’Europe juniors. « Je suis content de ce podium, mais je n’aurais pas gagné c’est sur, même si sur la fin de course j’ai connu des soucis mécaniques. Je confirme mes aptitudes pour le chrono, maintenant il faut que je passe un cap sur les courses en ligne, comme Bruno Armirail. Dans quel domaine, au niveau tactique tout simplement. Je suis en effet jeune dans le vélo, mais je sens que je progresse dans ce domaine aussi. »

Hervé Bombrun
@Lafrancecycliste